Les livres du blog de plongée Different Dive.

Plonger en Belgique

Plonger en Belgique peut être fun, dynamique, bon marché et très convivial. Mais la plongée en Belgique est aussi souvent froide. Parfois avec une visibilité un peu réduite et des accès demandant de l’effort. Pourtant, les plongeurs et plongeuses belges sont rejoints en masse par des passionnés venus du nord de la France et parfois de bien plus loin. 

Au-delà de l’engouement pour les sites de plongée belges, certaines spécificités de la plongée au plat pays gagnent à être connues. 

Plonger en Belgique, oui, mais pas n’importe comment. 

Plonger en Belgique

Pourquoi plonger dans le plat pays ?

Que peut-on espérer voir en allant plonger en Belgique ?

C’est une question bien légitime à se poser. Comment imaginer que des personnes (d’une santé mentale très certainement douteuse) puissent prendre du plaisir à s’immerger dans des eaux froides et souvent sombres ? Cela, alors bien même que la planète regorge d’endroits exceptionnels où les eaux claires et limpides offrent à notre vue une multitude de poissons colorés. C’est à n’y rien comprendre !
Il faut les voir s’extasier « oh, tu as vu le poisson de 3 cm caché derrière la pierre à -38m ? » (quand le reste de la plongée consiste en une suite illimitée de blocs et de vase), « et l’épave du bus, quel merveilleux jeux de lumière » (je rappelle, il n’y a pas de lumière !), « moi j’ai vu une écrevisse à la mise à l’eau ! » (bravo)… J’exagère, mais juste un peu !

Des malades, ce sont des malades !

Pourtant, les plongeurs et plongeuses du nord ne tarissent pas d’éloges sur leurs carrières préférées. Et, le comble, c’est qu’ils/elles continuent à s’immerger chaque semaine de l’année, ressortant parfois complètement gelés. Et le pire… c’est que j’en fait partie !

Mais que peut-on vraiment observer sous l’eau ?

Outre les ambiances, les roches et autres arbres immergés, les plans d’eau du plat pays sont habituellement le lieu de vie d’une faune et d’une flore assez semblables d’un endroit à l’autre, mais pas toujours aussi variées ni abondantes.

En ce qui concerne la faune et la flore, vous pourrez observer différentes espèces telles que :

Carpes, esturgeons, silures, gardons, brochets, brèmes, perches, écrevisses, éponges, hydres d’eau douce, méduses d’eau douce, planaires, moules, annélides. D’autres espèces comme le spathula… ont été introduites.

D’autre part, le fond des carrières belges est souvent jonché d’objets ou vestiges industriels laissés sur place ou apportés pour agrémenter les immersions.

Selon l’endroit vous trouverez des voitures, camionnettes, avions, grues, vélos, motos, bateaux, cabanes, silos (dans lesquels il est possible de passer), traces du travail de l’exploitation, objets divers… Certaines ont même des grottes ou des passages entre les pierres.

  • Rencontre avec un brochet en allant plonger à la carrière de Villers-Deux-Églises.
  • Un polyodon à spatule devant un photographe sous-marin.
  • Un plongeur est à la carrière de la Croisette.
  • Une méduse d'eau douce proche d'une branche
  • Un voilier suspendu dans les eaux
  • Un esturgeon en pleine eau vu de dessous à la carrière de Vodelée

Et puis, il y a les BONUS

Si les passionnés de plongée des sites belges ont chacun et chacune leur préférence, c’est que tous les plans d’eau ont leurs spécificités. Certains sont réputés pour leur restaurant (je vous promets, c’est vrai). D’autres pour la visibilité, la profondeur, le calme, la convivialité, l’espace… Aussi pour les activités proposées : diner sur l’eau, chasse au trésor…
Selon que vous vouliez faire de la plongée loisir, dépasser les -40m, faire de la plongée spéléo ou vous adonner au scooter, le choix du site sera différent. Mais finalement, petit à petit, les plongeurs et plongeuses attrapent « leurs habitudes » et choisissent préférentiellement un site favoris.

Centres, fosses, écoles de plongée… Où plonger en Belgique

En Belgique il est possible de plonger dans différents milieux : des fosses tout aussi originales que différentes, des lacs et plans d’eau et des anciennes carrières. Certains lieux sont associés à des écoles de plongée, d’autres totalement indépendants.

Enfin, outre les nombreux spots référencés, il existe des endroits confidentiels où la plongée se pratique: carrières privées, pêcheries et autres plans d’eau. Encore faut-il en connaitre l’existence et montrer ensuite « palme blanche » pour y entrer.

En poussant un peu plus haut, de nombreux passionnés belges se retrouvent sur les spots de Zélande avec plaisir. Ou en direction du Luxembourg pour s’immerger au barrage d’Esche-Sur-Sûre.signaler d’autres spots s’il sont manquants sur cette carte interactive de la plongée en Belgique.

Plonger au Nord et au Sud

La plupart des sites pour plonger en Belgique se trouvent dans la partie francophone du pays qui a un passé (et présent encore) d’exploitation de carrières.

Il faut dire que le sol s’y prête. Si le scandale de l’augmentation du prix des plongées a secoué un peu le paysage de la plongée belge en septembre 2021, force est de constater que ce domaine se « professionnalise ». En effet, plusieurs carrières belges ont d’ores et déjà été rachetées ou mises en gestion par des professionnels.

Dès lors, on pourrait légitimement s’effrayer en se disant que cela va enlever le côté « accessible pour tout le monde ». Pourtant, dans les faits, on remarque surtout que de ces nouveaux challenges naissent une créativité et une inventivité qui donnent du frais dans le monde de la plongée belge.

Dans la partie flamande du pays on trouve tout de même des endroits intéressants pour pratiquer notre activité préférée :

Ekeren, fosse de TODI à Beringen, Duiktank à Zwevegem ou Zilvermeer à Mol… : les spots du nord

Il existe en flandre des spots de plongée forts fréquentés. 

Le plan d’eau d’Ekeren est un site en pleine nature (ouvert 7/7 et 24/24) qui demande une cotisation annuelle tout à fait démocratique. Cotés fosses de plongée, ceux et celles qui aiment plonger dans un aquarium d’une dizaine de mètres de profondeur apprécieront Todi où ils vivront expérience particulière en matière de plongée. Pour ceux qui veulent s’immerger dans une cuve de milliers de litres d’eau permettant notamment l’apprentissage de gestes techniques, le Duiktank répondra à leurs attentes. Enfin, le domaine du Zilvermer et son musée aquatique ravira les plongeurs en quête d’un lieu ludique et accessible à faible coût, propre et très bien organisé.

Le site de plongée du Zilvermeer à Mol est un endroit apprécié pour plonger en Belgique.

Plonger en mer du Nord

De manière moins fréquente, il est possible de plonger en mer du Nord. Les conditions d’accès ne sont pas toujours faciles (long trajet en bateau). Pourtant, les amateurs d’épaves aimeront aller découvrir une des nombreuses épaves répertoriées. Comme le SS Triffels ou le MS Birkenfels. Deux cargos allemands posés sur un fond de -36m.

Mais, habituellement, les plongeurs belges aiment aussi passer les frontières. Par exemple, vers les Pays-Bas pour plonger dans la future première destination plongée d’Europe

A propos de la plongée en mine en Belgique

Pour les plongeurs passionnés de spéléo, de nombreuses mines et grottes sont accessibles, même si souvent gardées de manière confidentielle. La plongée en mine est une activité de plongée qui consiste à explorer les anciennes mines abandonnées. En Belgique, il est possible de plonger dans plusieurs de ces mines.
Je n’aborderai pas ce sujet particulier dans cet article destiné à la plongée loisir. Mais sachez que les opportunités de plongée spéléo en grottes ou mines en belgique sont nombreuses… Pour peu que vous arriviez à avoir « vos entrées ». Car il vous faudra aussi montrer « palmes blanches » pour y accéder.

la carte interactive

Pour découvrir tous les endroits où il est possible de plonger en Belgique, il vous suffit de zoomer sur la carte et de cliquer sur les icônes de petits plongeurs afin de voir de quel spot il s’agit. N’hésitez pas à me signaler d’autres spots s’il sont manquants sur cette carte interactive de la plongée en Belgique.

Infrastructures

Point de vue des commodités, tous les spots sont équipés de w.c.. Certains offrent un service de bar ou de petite restauration quand d’autres ont un véritable restaurant. Vous trouverez aussi des vestiaires (chauffés ou non) et un parking aménagé dans la plupart des carrières.

Au niveau du gonflage, des carrières comme Vodelée, Rochefontaine, La Croisette, Villers-Deux-Eglises ou la Platte-Taille  disposent d’une station de gonflage accessible à tout le monde moyennant payement. 

Enfin, notons que toutes les carrières ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. La carrière de Floreffe est bien connue pour son activité de plongée adaptée.

Plonger oui, mais avec quel équipement ?

La plupart des plans d’eau en Belgique sont froids toute l’année. De plus, certains présentent une thermocline très marquée. Vous pouvez avoir 19 degrés en surface en été et -6 degrés une fois les premiers mètres passés. Aussi, vous verrez très souvent les plongeurs belges en combinaisons étanches. Cela, en toute saison.
J’admets qu’en été, il ne faut pas trainer avant de se mettre à l’eau sous peine d’avoir un joli coup de chaud !

Dès lors, il faut s’équiper convenablement lorsque l’on vient plonger en Belgique. Si vous n’avez pas de combinaison étanche, évitez de plonger en hiver et préférez vous immerger au plat pays de mai à octobre. Il vous faudra choisir une combinaison de plongée adaptée à la température. De manière générale, couvrez-vous avec une combinaison épaisse (de préférence 7mm) en une ou deux pièces. N’oubliez pas la cagoule, les gants et les chaussons.

Un plongeur dans le fond de Vodelée.

Comment ça se passe ?

Deux grands courants : l’associatif et le commercial.

Dans le monde associatif, la plupart des structures sont rattachées à la LIFRAS ou la NELOS. Mais pour ceux et celles qui veulent se former avec d’autres filières, des clubs associatifs existent dans différents courants de formation (NAUI, PTRD, ADIP…)

LIRE | PADI Ou FFESSM : Quelle Meilleure Filière Pour Débuter ?

Du côté des professionnels, on retrouve d’une part les indépendants qui forment souvent en profession accessoire, régulièrement en faisant tout à l’extérieur. D’autre part, plonger en Belgique peut aussi se faire via les commerces spécialisés. En effet, les magasins de plongée ou professionnel « full time » qui dispensent des formations et ont parfois leur propre piscine. De plus en plus de professionnels greffent un club de plongée à leur activité commerciale. De cette manière, ils gardent le lien avec leurs clients en proposant des sorties régulières et des voyages autour du monde.

Moins fréquentes, mais intéressantes, des structures hybrides sous forme d’ASBL forment « à la carte » des plongeurs et plongeuses. Les membres peuvent participer aux sorties du club.

Plonger avec quel organisme ?

On estime à +/- 25.000 plongeurs et plongeuses sur le territoire belge.

Ce chiffre est quasi impossible à vérifier. En ce qui concerne la fédération LIFRAS (côté francophone du pays) qui était anciennement majoritaire, les chiffres tournent autour des 6000 membres actuellement.

La plus grande partie des plongeurs et plongeuses sont formés par différents organismes : PADI, SSI, GUE, IANTD, TDI, NAUI, PTRD, ADIP… Souvent même, ils mixent les formations et vont d’un organisme à l’autre selon leurs besoins. Ou selon des affinités avec des moniteurs rencontrés durant leurs immersions.

LIRE |Organismes De Certification : La Grande Illusion

L’avantage du système belge est que chacun peut choisir sa filière de formation sans être pénalisé d’aucune manière que ce soit. À mes yeux, cela représente une grande richesse. Mais également un défi pour les multiples filières de formation de se mettre au goût du jour sous peine d’être délaissées par le public.

Un plongeur regarde les poissons à la carrière de Rochefontaine.

Que dit la Loi ?

Il n’y a pas de code du sport en Belgique. Il y a juste les normes européennes (EN-ISO) retranscrites en droit belge sans modification. Ces normes sont descriptives et relèvent ce qui est attendu d’un plongeur. Par exemple : « que doit-on faire pour devenir plongeur autonome à -20m ? « 

Qu’est-ce que cela implique ?

  • Les gens sont responsables d’eux-mêmes. C’est une bonne nouvelle, n’est-ce pas ?
  • Chacun et chacune doit suivre ses prérogatives, peu importe son organisme de certification
  • Les responsables des lieux de plongée fixent leurs règles qui doivent être respectées par les plongeurs.
  • Il n’y a pas de fédération délégataire. Cette notion n’existe pas en Belgique. 
    Par contre, il y a des fédérations agréées et leurs clubs affiliés qui constituent l’un des interlocuteurs majeurs de l’Administration générale du sport. Du côté francophone pour 
    1) L’initiation et le perfectionnement dans la pratique de nombreuses disciplines sportives
    2) La participation à des compétions à l’échelon national et international. (Voir le site de la Fédération Wallonie-Bruxelles). Du côté néerlandophone (la Belgique est un petit pays pas si simple), le fonctionnement est plus ou moins similaire.
  • Lorsque des plongeurs étrangers viennent plonger en Belgique, ils doivent se soumettre au fonctionnement belge. Donc en pratique, ils doivent respecter leurs prérogatives et les règles précises de l’endroit où ils se rendent.
  • Le code du sport français n’est évidemment pas d’application en Belgique.
  • Les personnes qui plongent en Belgique doivent vérifier si l’assurance à laquelle elles ont souscrit couvre bien l’activité de plongée qu’elles comptent faire en Belgique.
Des plongeurs et plongeuses à la carrière de Vodelée en Belgique.

Assurance pour plonger en Belgique

Comme partout, il est indispensable de s’assurer pour plonger en Belgique. 

Une grande majorité des passionnés de cette activité souscrivent auprès d’un organisme assureur tel que DAN ou Aquamed. Parfois en plus de leur assurance « club » pour avoir la liberté d’une assurance partout dans le monde et la tranquillité d’esprit. 

Ceux et celles qui font partie d’un club associatif ont généralement une assurance comprise dans leur cotisation. Il leur revient de vérifier si elle est valable à l’étranger et dans toutes les conditions. Et de voir s’ils sont en ordre de cotisation dans leur club !

Venir plonger en Belgique 

Bienvenue ! Nous nous croiserons probablement sur l’un ou l’autre spot.
Outre les plans d’eau, vous pourrez découvrir l’accueil des plongeurs et plongeuses belges et la convivialité de ce petit monde d’acharnés bien décidés à continuer à pratiquer leur activité préférée. Mais également en profiter pour déguster des spécialités locales (non, les belges ne mangent pas que des frites en buvant de la bière 😁). Et pourquoi pas, visiter l’une ou l’autre partie du pays.

Que devez-vous garder à l’esprit :

  • Être en ordre d’assurance
  • Avoir votre carte de certification et logbook avec vous
  • Oublier les règles de votre pays (par exemple le code du sport pour les Français)
  • Plonger selon vos prérogatives habituelles 
  • Respecter le règlement d’ordre intérieur (ROI) du lieu choisi
Un plongeur explore la carrière de Rochefontaine.
Le plan d'eau de la carrière de vodelée attend les plongeurs.

Conclusion

Plonger en Belgique, ça vous tente ? Vous êtes complètement accro ? Certainement pas pour vous ?

Dites-moi cela en commentaire de ce post.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène