Organismes de certification

Les organismes de certification de plongée sous-marine font partie intégrante de la pratique de notre activité préférée. Mais savons-nous vraiment ce qu’ils représentent et ce qu’ils font ?

Entre utilité ou grande illusion, le point sur les organismes de certification.

Ce qu’ils ne sont pas… et ce qu’ils sont

Ce qu’ils ne sont pas :

Ici c’est très simple les organismes de certification ne sont pas LA vérité absolue que l’on devrait suivre aveuglément.

Je n’ignore pas que certains d’entre nous tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à leur organisme de certification de plongée, parfois présent au travers d’une fédération. Peu importe les choix et les visées de cet organisme, certains plongeurs sont même parfois prêts à oublier de réfléchir à une possible alternative … Même quand ce qui est proposé ne fait pas sens pour eux.

Cependant, peu importe votre attachement à votre organisme (pour les raisons qui vous appartiennent), vous devez savoir qu’il n’est pas le détenteur d’une vérité unique et universelle.

Ce qu’ils sont :

Les organismes de certification sont au départ un groupement de gens qui partagent une même philosophie de la plongée sous-marine ou, tout du moins le même objectif. Et qui décident un jour de donner à la pratique de la plongée des lignes directrices inscrites au sein d’une vision commune partagée. Rien de plus.

Ensemble ils décident de faire des choix en termes de formation, d’approche du milieu marin, d’attitudes à avoir… Qu’ils consignent dans des standards et procédures.
Ces choix seront basés sur des adaptations et interprétations plus ou moins larges des connaissances et matières spécifiques disponibles pour la plongée.
Autrement dit, il existe des connaissances et des pratiques en plongée sous-marine et les responsables techniques, pédagogiques et autres des différents organismes de certification vont faire leur choix et mettre en avant les points qui leur semblent les plus importants en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Un organisme qui fait le choix de toucher un public largement représenté par des plongeurs débutants ou de niveau intermédiaire ne fera par exemple probablement pas les mêmes choix pédagogiques et techniques qu’un organisme qui vise un public de plongeurs adeptes de plongée sous-terraine.

Mais globalement, peu importe l’orientation qu’ils décideront de prendre, ils se baseront tous sur les mêmes connaissances scientifiques de base. Et feront, ou pas, des mises à jour régulières de leurs standards et procédures.

À découvrir : organismes de certification de plongée, comment s’y retrouver ?

Organismes de certification, une grande illusion ?

À mon sens la réponse à cette question est OUI.

Parce que les organismes de certification en plongée sous-marine n’existent que et exclusivement que par le crédit que nous leur donnons.

En l’absence de membres et donc sans cotisation ou payement des certifications, un organisme de certification ne peut pas exister. À mon sens, nous devons avoir conscience de cela en évoluant dans le monde de la plongée.

Autrement dit, sans nous, ils n’existent pas.
Et c’est là que se situe tout leur challenge pour se démarquer.

PADI, SSI, NAUI, IANTD, CMAS et tous les autres sont « sur la place » depuis longtemps et font tout pour y rester. Dans cet exercice, certains seront plus ou moins forts en communication, plus ou moins traditionnels ou encore plus ou moins progressistes. Cependant, quels que soient leurs choix, ils resteront des groupements de gens comme les autres avec qui certains plongeurs et plongeuses accrocheront et d’autres pas. Mais tous savent qu’ils sont dépendants de leurs membres ou clients.

Puis-je créer un organisme de certification ?

OUI
Il faut savoir que n’importe qui peut décider de créer son organisme de certification.
Effectivement, même si les autres organismes sont présents depuis longtemps, rien n’empêche que quelqu’un puisse venir proposer sa propre vision des choses. Et par là même, convaincre une partie de la communauté de plongée d’embrasser ses choix.

Même si cela n’est pas à mon agenda, je pourrais par exemple très bien demain décider de faire l’organisme Different Dive plongée, rédiger des standards et procédures et même le faire certifier ISO (ça me coûterait juste un peu d’argent).

D’aucuns me rétorqueront que le problème est qu’il faut une carte reconnue autour du monde pour pouvoir plonger. Je n’en suis pas si convaincue. Il m’est arrivé par deux fois de faire le test. Une fois en France avec une carte de plongeuse débutante émanant d’un organisme que le responsable du centre ne connaissait pas. Une autre fois, très loin de chez moi, j’ai sorti une carte d’un tout petit organisme de certification belge. Dans les deux cas, il m’a juste été demandé à quoi ça correspondait en termes d’autonomie avant de me laisser plonger selon les prérogatives que j’avais moi-même expliquées.

Les organismes de certification ne sont ni immuables ni irremplaçables. À bon entendeur.

Puis-je plonger sans organisme de certification ?

OUI, ici aussi il nous faut répondre par l’affirmative.
Il est tout à fait possible de plonger dans de nombreux endroits sans être affilié à un organisme de certification. La seule chose à respecter est la Loi du pays dans lequel vous voulez plonger. Cependant, même si plonger en toute indépendance est autorisé, je vous conseille vivement d’avoir une assurance spéciale pour l’activité. (c’est plus prudent). Mais également de vous former auprès d’un moniteur expérimenté afin d’acquérir les bonnes pratiques et d’éviter par là même les accidents. Vous n’auriez pas l’idée de donner le volant de votre voiture à votre enfant sans apprentissage, n’est-ce pas ? Considérez qu’ici c’est la même chose, suivez une formation de plongée !

Mais alors, à quoi servent les organismes de certification ?

Après avoir lu les points ci-dessus, vous pourriez-être tenté de penser que les organismes de certification n’apportent rien au monde de la plongée.

Pourtant, à mon sens, nous aurions tort de penser cela, car ils sont loin d’être inutiles.

  1. Tout d’abord, ce sont eux qui donneront les grandes lignes pédagogiques et l’orientation générale auprès de leurs membres.
  2. Ensuite, ils placeront des balises pour les formations de plongée en faisant des choix portant sur les compétences minimales requises pour atteindre l’un ou l’autre niveau d’autonomie de plongée.
  3. Souvent, ils seront les premiers à mettre en avant les changements et évolutions des connaissances en plongée.
  4. Enfin, ils vous fourniront un sésame sous forme de carte de certification vous permettant de plonger tout autour du monde dans des conditions adaptées à votre autonomie en plongée.

Et bien entendu, tout cela est bien utile pour la pratique de l’activité avec plaisir et en toute sécurité.

Trois conseils pour choisir son organisme de certification

1. Faire son « marché »

Mon premier conseil est très certainement d’évaluer plusieurs organismes de certification pour voir les différences et les similitudes d’approche. Discuter avec des personnes qui pratiquent déjà la plongée. Lire, se renseigner via internet, faire appel à la communauté… Toutes les pistes sont bonnes et complémentaires.

2. Choisir en fonction de soi pour être au diapason

Il est intéressant de faire son choix d’organisme de certification en fonction de ses propres attentes.
Inutile de se diriger vers un organisme orienté fortement vers la plongée technique si votre truc est d’évoluer dans les 20 premiers mètres en eau chaude pour ramener de merveilleux clichés par exemple.

Cependant il est souvent intéressant d’aller également vers des organismes avec des personnes en qui vous avez confiance et qui vous semblent être sur la même longueur d’onde que vous.

3. Faire des infidélités

On pourrait également dire de ne pas hésiter à faire des infidélités : ce n’est pas parce que vous avez appris avec un organisme de certification (au travers d’une fédération ou pas) que vous devez rester exclusivement dans celui-ci.
Vous pouvez l’espace d’une spécialisation, d’un voyage au bout du monde, d’un stage ou d’une classe de mer aller découvrir un autre organisme de certification et donc une autre manière d’envisager la plongée.

N’oubliez pas que vous êtes libres et que, si vous avez besoin d’eux pour apprendre, ils ont besoin de vous pour exister !

La responsabilité des plongeurs face aux organismes de certification

Pour terminer, j’aimerais insister sur un point qui me semble vraiment important.

En effet on entend régulièrement des critiques sur différents organismes de certification. Cependant on oublie également de faire remonter nos idées, nos remarques, nos suggestions. Or il est difficile pour les grands experts de ces organismes de savoir précisément ce qui se passe partout sur le terrain si vous ne faites pas remonter vos perceptions et vos expériences. Il en va de notre responsabilité de plongeur et de plongeuse. N’hésitez pas à faire remonter les choses auprès de vos instructeurs. Si vous êtes instructeurs à les faire remonter à vos course directors, moniteurs nationaux ou autres, etc.

J’ai cette croyance que la construction d’un monde ouvert de la plongée sous-marine est l’affaire de toutes et tous. Aussi je veux vraiment vous encourager à envisager une ouverture vers tout ce qui est proposé dans le monde de la plongée. Et de ne pas oublier qu’il y a de la place pour tout le monde.

Nous pouvons très bien apprécier deux organismes de certification. À mes yeux le plus important restant de toujours envisager la plongée comme une activité à réaliser avec plaisir et en toute sécurité. 

Quel est votre regard sur les organismes de certification ?

Dites-moi votre avis dans un commentaire ci-dessous et partagez le dans vos groupes préférés.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène

Pour rester en contact c’est ICI… ou LA 

À découvrir : Il me disait ose (ou quelque chose comme ça)

Le roman Il me disait ose (ou quelque chose comma ça)
Il me disait ose (ou quelque chose comme ça) | © Different Dive