Qui ne connaît pas Steven Weinberg ?

Il semble difficile pour peu que l’on s’intéresse à la vie sous-marine de passer à côté de Steven Weinberg, ce grand nom du monde de la plongée. 

En effet, plongeur, biologiste marin et photographe de talent, Steven parcourt le monde depuis des années en explorant le fond des océans pour nous parler de la vie aquatique au travers de ses nombreux guides communément appelés « Les Weinberg »

Alors bien entendu, j’avais l’un ou l’autre de ces guides à la maison, mais je dois reconnaître que je ne les avais jamais vraiment utilisés.

Une première rencontre surprenante.

C’est lors du Salon de la plongée de Paris en janvier 2019 que je vais faire la connaissance de ce personnage étonnant d’une manière quelque peu inattendue.

Ce jour-là, j’ai prévu de rencontrer Corinne Bourbeillon du blog Petites Bulles d’Ailleurs (qui signe la photo principale de cet article)

Elle me dit être au stand de son ami Steven Weinberg. Je m’y rends avec plaisir, fais sa connaissance sans trop faire attention à Steven qui arrange ses livres, discute avec des plongeurs et plongeuses venus le voir…

L’échange avec Corinne est très sympathique. À la suite de celui-ci, elle m’invite à découvrir les livres de Steven. Moi, la biologie marine, je dois reconnaître que ce n’est pas mon truc. Je feuillette distraitement les guides et commence à parler avec leur auteur qui vante celui que j’ai dans les mains. 

Je lui dis qu’en ce qui me concerne, les noms… un poisson est « un poisson ». Je préfère juste les observer et admirer leur beauté. Steven me regarde surpris, reprend son livre de mes mains et me rétorque que ce n’est décidément pas pour moi. Du coup je suis interpellée.

Cependant, comme il a titillé ma curiosité, j’ai tout de même envie de m’offrir un de ses ouvrages et de profiter de me le faire dédicacer.
Mes yeux s’égarent sur d’autres livres et tombe sur « Eau de vie »
Peut-être est-ce la photo du gamin en couverture ou l’idée d’en savoir plus sur le personnage qui finit de me convaincre. Je l’ignore.
Mais je l’emporte avec une dédicace tout à fait singulière et un cliché de nous trois. 

Une histoire passionnante…

De retour à la maison, je laisse le livre en vue en me disant que ce sera pour plus tard. Pourtant, l’ouvrage me fait de l’œil et il ne me faudra que peu de temps pour plonger dedans. C’est une découverte. Je rencontre Steven Weinberg non pas au travers de ses guides marins, mais au travers de son parcours, de l’entièreté de ce chemin qui a fait l’homme qu’il est.
Du gamin de 11 ans à qui on a mis un jour une bouteille sur le dos à celui qui se baigne dans les eaux gelées de Russie et qui multiplie les rencontres et les expériences autour de la plongée. 

Steven Weinberg en combinaison de plongée sur un bateau en Norvège.
Norvège, 1993 | © Norbert Genetiaux

Dès lors, je comprends mieux son amour immense du monde sous-marin, sa passion de l’océan, celle des rencontres aussi. 

… qui donne envie de se passionner

Et cela me donne envie de découvrir ce qui l’anime alors… j’ouvre les guides présents depuis longtemps sur mes étagères, les feuillette, admire les poissons, regarde les noms… et rédige un article sur la plongée bio.
Parce qu’au travers de l’histoire de Steven, c’est ce type de plongée qui s’est également imposée à moi. 

En cours d’année, je commande à Steven son livre co-écrit avec Sabine Boulad sur un projet dans l’étang de Berre. Pour la première fois, un ouvrage de biologie marine m’amuse, me fait sourire. Mélangeant photo et courts textes teintés d’humour, il décrit avec émotion la vie aquatique de l’étang et les enjeux écologiques qui y sont liés.
Ici pas de bla-bla compliqué, pas de noms (trop) savants… Juste une suite de petites histoires regorgeantes d’informations intéressantes. J’adore.

Et puis, j’aime beaucoup les personnes qui s’investissent dans le monde qui les passionnent. Alors forcément, ici je suis conquise.

[À découvrir : Travailler dans la plongée, comment y sont-ils arrivés ?]
Steven Weinberg pose devant un mur peint de poissons.
Bahamas | © Yann Weinberg

Voisins de stand

Alors que je suis au Salon de la plongée en janvier 2020 pour présenter mon premier roman Il me disait ose (ou quelque chose comme ça) j’ai la surprise de découvrir que mon voisin de stand ne sera autre que Steven lui-même. 

Durant les moments un peu plus creux (très peu nombreux), nous passerons du temps à échanger avec beaucoup d’humour. Je fais la connaissance de Sabine et Marie-Xavier à cette occasion. alors que nous discutons, je me rends compte que le fameux plongeur biologiste que j’ai devant moi s’apprête à faire un tour d’Europe avec une voiture si vieille que je me demande si elle pourra tenir le coup.

La face cachée de Steven Weinberg

C’est que, Steven ne se contente pas d’être un plongeur photographe et biologiste talentueux. Il voue aussi un amour immense pour les ancêtres automobiles.
J’avais lu dans Eau de vie qu’il avait emmené une très vieille Renault 4CV jusqu’au fin fond de la Russie, mais j’ignorais qu’il avait décidé de récidiver cette fois avec une voiture bien plus âgée.

Steven apprécie aussi faire voler son drone et n’hésite pas, lorsque le confinement l’oblige à rester chez lui, à partir en vacances dans sa cabane au fond de son jardin. Parce que le voyage voyez-vous, il a ça dans la peau.

Mais ce n’est pas tout. Alors que les plongeurs et plongeuses connaissent généralement Steven Weinberg au moins de nom, ils ignorent parfois que l’homme est également romancier.

En effet, Steven écrit des romans plutôt de type policier ou d’enquête.

Cet auteur hyperactif de talent n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Entre récits de voyage ou sur son passé familial étonnant et les fictions, il vient de signer son dernier livre.
Un polar historique pour lequel il choisit de publier sous un pseudonyme (si, si … un pseudonyme !).
Je vous laisse découvrir le nom qu’il s’est choisi au travers de sa campagne de financement participatif encore ouverte pour 9 jours seulement.

Steven Weinberg, vous en aviez déjà entendu parler ? Vous connaissiez son oeuvre de romancier ?

Racontez-moi cela dans un commentaire ci-dessous. Je me ferai un plaisir d’échanger avec vous.

Et surtout, n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène