Le prix des plongées en cause

C’est un « mini drama » qui s’est joué récemment dans le milieu de la plongée en Belgique, impactant également les plongeurs du nord et de l’est de la France. En effet, le prix des plongées a augmenté provoquant un véritable tollé auprès d’une partie des habitués.

Alors que je racontais cela à mon entourage, les jeunes tendaient l’oreille. Un d’eux me dit : « c’est pire que les Marseillais au bout du monde la plongée ! »

Comme je ne peux pas vraiment lui donner tort cette fois, je prends mon clavier pour faire le point sur cette augmentation qui déchaîne les passions.

Réunion « secrète »

Fin juin 2021, une réunion (qui n’a rien de secrète) est initiée par le patron de Nemo33 dans un esprit collaboratif puisqu’il ouvrira prochainement la carrière de Scoufflény.

Le livre Plongée sous-marine L'Essentiel Different Dive.

Il se fait que je suis présente à cette réunion conviviale où de nombreux points sont abordés. Les responsables des carrières y débattent sécurité, infrastructures, bonnes pratiques, activités proposées, accès… et tarif. Aucune pression, aucun accord sur les prix. Juste une discussion entre gestionnaires de carrière. Et chacun, chacune retourne chez soi.

Augmentation de prix à Vodelée

Fin de l’été, la carrière belge de Vodelée annonce une augmentation de prix. En effet, le prix passe de 6 à 8 euros pour une plongée. Il n’en faut pas plus pour que la toile s’enflamme. L’appel au boycott ne se fait pas attendre. Certains accusant aussi le responsable de Nemo33 d’avoir forcé les carriéristes belges à se mettre d’accord sur le prix des plongées. Cela, lors de la « réunion secrète » à laquelle eux-mêmes ne participaient pas. Pas moyen de raisonner les gens. Même si, c’est bien connu, les bruits il vaut mieux les laisser courir et non pas les arrêter. Les plongeurs et plongeuses se focalisent sur cette augmentation pour crier leur ras-le-bol.

« C’est moins cher qu’une place de cinéma », diront certains pendant que d’autres soutiendront qu’il en est fini de la plongée démocratique. Cela même s’ils ont parfois sur eux du matériel hors de prix et partent au bout du monde pour s’immerger.

Quand Rochefontaine augmente aussi

Quelques jours plus tard, c’est le responsable de la carrière de Rochefontaine qui annonce également une augmentation du prix de la plongée. 

Afin de couper court à tous les commentaires, il décide de ne pas permettre les réactions sur sa publication. Et ça passe mieux. D’autant qu’ici, il s’agit d’une activité professionnelle et non d’une ASBL. Aussi, les internautes sont moins déchaînés. Et puis, cela vient confirmer leur crainte d’une entente, pensent-ils.

Une augmentation du prix de la plongée vraiment scandaleuse ? 

Tout d’abord, il convient de relativiser cette augmentation du prix de la plongée. En effet, certains se sont amusés à calculer un pourcentage. On parle d’une hausse de plus de 30%. Mais c’est sur un prix de départ relativement bas. En effet, si vous passez de 1 à 2€ c’est 100% d’augmentation. Ce n’est évidemment pas la même chose si vous majorez un prix de 100 à 101€ où vous ne grimpez plus que de 1%.

Donc, il me semble que faire un pourcentage sur l’augmentation d’un service dont le prix de départ est bas n’est pas très révélateur.

Professionnalisation

Il est un fait, le monde de la plongée belge bouge. Il s’éloigne de celui où l’on se déshabillait près de sa voiture avant d’aller s’immerger parfois sans aucune infrastructure.

LIRE AUSSI 👉 Pourquoi La Plongée De Papa N’existe Plus

Aujourd’hui, le plongeur veut plus de facilités, plus de confort, plus d’accès…

Le mini drama de l’augmentation du prix de la plongée se déroule donc dans un contexte très spécifique. En effet, l’univers de la plongée en Belgique est occupé à se professionnaliser de plus en plus même en ce qui concerne les ASBL. 

J’ose le « gros mot » professionnaliser car on voit qu’il y a un soin tout particulier à offrir plus de facilités. Cela, que ce soit aux membres, aux visiteurs, aux clients…  

Il y a par conséquent plus de services. On peut citer par exemple :

  • De la restauration,
  • Des évènements,
  • Du parking,
  • La possibilité de gonflage,
  • Des activités pour non-plongeurs,
  • Certains empoissonnements originaux,
  • Des expos photos sous-marines,
  • Des repas sur l’eau,

… LE tout dans des carrières hyper fréquentées !

On peut bien sur s’insurger du prix des plongées. Mais on doit reconnaître que l’on est loin, très loin, de la plongée où l’on n’avait qu’une petite baraque et pas d’autres commodités.

Une activité qui prend du temps et de l’énergie

La plongée a un prix et demande pour ceux et celles qui la permettent au sein des carrières qui nous accueillent beaucoup de temps et d’énergie. 

Entretien des infrastructures, communications, nettoyage des crasses abandonnées par les plongeurs (on en parle des pénilex laissés sur les parkings ? 🤢), organisation de la sécurité, mise à disposition de w.c. et de vestiaires, douches, bar et/ou restauration, activités ponctuelles…

N’est-il donc pas normal pour les personnes qui prennent de leur temps et de leur argent de tirer, pour eux ou pour leur ASBL, un bénéfice des services proposés à tous les utilisateurs de la carrière ?

Ceux qui râlent

Certains râlent et s’insurgent de cette « flambée » du prix de la plongée. 

D’un côté, ils rouspètent s’il n’y a pas de confort. De l’autre, ils ne supportent pas que l’on augmente le prix.

L’argument de « l’esprit de la plongée qui s’en va » ne tient pas vraiment la route, car en réalité ce monde hyper associatif avec de nombreux bénévoles disponibles n’existe déjà quasi plus. Il y a de moins en moins de personnes désireuses de faire du bénévolat. Et ce sont au final toujours « les mêmes qui s’y collent ». De plus, que l’on soit ou pas en phase avec cela, il faut bien reconnaître que les mentalités changent. Elles vont dans une direction plus consumériste où les gens prennent ce dont ils ont besoin et puis vont ailleurs.

LIRE AUSSI 👉 Apprendre La Plongée De Manière Associative : Pourquoi Je N’en Parle Pas Vraiment ?

Aujourd’hui, les structures de plongée belges sont en train, pour certaines, de devenir des supers structures de plus en plus confortables et originales. Des gens font le pari de faire de ce métier le leur et mettent en place les choses pour y arriver. Des clubs investissent pour offrir plus et mieux. Et cela a un coût. Demanderiez-vous à votre boulanger de vous faire votre pain gratuit ?

Du côté des ASBL, elles ne sont pas en reste puisqu’elles sont soumises à la désertion des bénévoles par exemple. Pourtant, elles doivent tout de même répondre à leurs visiteurs comme à des clients puisqu’un prix est demandé.

2€ ce n’est pas rien, c’est vrai, mais ce n’est pas non plus grand-chose. Ceux qui râlent sur cette augmentation de prix sont parfois les mêmes qui lorsque l’on demande quel ordinateur devrait avoir un débutant citent le bien connu ordinateur super TEK qui est loin d’être bon marché. 

Mon point de vue sur la question

Plutôt que de râler, on pourrait aussi choisir de s’estimer heureux/heureuse d’avoir pu profiter pendant autant d’années d’un prix aussi dérisoire pour la plongée en Belgique.

Les prix augmentent et on espère évidemment que la qualité des prestations proposées va aller dans le même sens. Dans les carrières qui augmentent le prix de leur plongée, les utilisateurs vont s’attendre à avoir “mieux”. Par exemple : des w.c. propres, une sécurité assurée par la structure elle-même, un club house accueillant et/ou un simple sourire.

Augmenter le prix de la plongée pour offrir de bons services ne me choque pas. Cependant, il me paraît important dès lors de traiter les plongeurs comme des clients sans leur demander de participer comme des bénévoles.

Finalement, lorsqu’on prend du recul sur ce mini-drama du prix des plongées, on se rend compte qu’il cache peut-être plus qu’une simple frustration sur le prix.

L’augmentation du prix des plongées, qu’en pensez-vous ? 

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène