Apprendre la plongée de manière associative 

« Pourquoi tu ne parles jamais du fait d’apprendre la plongée de manière associative ? »
C’est la question que me posait récemment un internaute un peu contrarié. 
Selon lui, la filière associative était absente voir oubliée sur mon blog. 

Or, il désirait me rappeler toute l’énergie investie par de nombreuses personnes.
Il me disait aussi qu’en écrivant sur la beauté de cette façon d’instruire, je m’attirerais moins le courroux des fervents défenseurs des filières associatives. Je reconnais que ce dernier point m’importait peu, car j’ai décidé depuis longtemps d’écrire ce que je pense et non pas ce que les autres veulent entendre.

Cependant, je devais bien admettre que je ne m’étais jamais vraiment posé la question de savoir pourquoi j’en parlais si peu. Mais j’avais néanmoins une réponse toute faite et passe partout :

Je rédige sur ce que j’aime et/ou ce que je veux mettre en avant. De préférence sur ce que je perçois être positif. 

Alors, pourquoi pas sur « apprendre la plongée de manière associative » ?

Des retours affligeants

Après avoir remercié l’internaute pour sa sollicitation un peu « coup de gueule » (j’apprécie quand les internautes osent être francs, mais respectueux par rapport à mon blog), je lui avoue que j’ai une grande déception par rapport à cette filière de formation.

En effet, je reçois au travers de mon blog et en messages privés de très (trop) nombreux témoignages affligeants. Des retours de personnes qui ont véritablement été « cassées » par le système. 

Isabelle qui a renoncé à passer son niveau 2 tant elle était moquée. Medhi qui a arrêté la plongée, car il dérangeait en posant trop de questions à ses moniteurs qui le mettaient de côté. Sébastien, excellent plongeur, mais qui avait du mal avec les notions théoriques trop complexes (et si peu utiles) au regard de son parcours scolaire et n’arrivait plus à évoluer dans son cursus…

Tous les mêmes ?

Moi qui ai toujours été bénévole dans l’âme et par éducation depuis ma petite enfance, ces retours me dépitent. Et il est vrai que cela m’empêche de prendre mon clavier pour dire du bien sur le fait d’apprendre la plongée de manière associative. 

Et pourtant, j’ai conscience que c’est tout à fait injuste !

Car dans la réalité, j’ai moi même appris la plongée via cette filière avec beaucoup de bonheur et d’implication. De plus, ils sont (très) nombreux ceux et celles qui donnent de leur temps gratuitement, avec passion, à des cohortes d’apprenants. Et cela avec beaucoup d’effets positifs aussi.

Le côté merveilleux de l’associatif

Alors bien entendu, apprendre la plongée de manière associative a de nombreux avantages.

Le premier est certainement la proximité. Il y a bien un club proche de chez vous. Vous y inscrire vous permettra de nouer des liens avec des personnes de votre région. De ce fait, cela va favoriser les nouvelles rencontres et l’élargissement de votre tissu social.

De même, il y a de fortes chances que vous croisiez des encadrants passionnés qui ne comptent pas leur temps pour transmettre leur passion. Et comme l’associatif dépend en grande partie de la bonne volonté des membres, en cas de soucis, il y a fort à parier qu’il se trouvera quelqu’un pour vous trouver une solution.

L’idée de l’associatif étant de permettre au plus grand nombre de pouvoir accéder à la pratique de la plongée, le prêt gracieux du matériel y est courant. Les tarifs sont souvent adaptés au public. Même si on sait qu’au final, sur une année, avec les transports nombreux, les entrées piscine et les participations aux soupers et autres manifestations, la note gonfle… En s’étalant de manière à être néanmoins plus simple à gérer.

Finalement, ce qui plait le plus aux adhérents dans l’associatif est peut-être l’esprit. Cette idéologie de “mieux vivre ensemble“, ce rapport au collectif et la défense de valeurs solidaires. Cet espace hors du monde où il fait bon se retrouver autour d’une passion.

👉 LIRE AUSSI : CES PERSONNES QUI DONNENT DE LEUR TEMPS

Apprendre la plongée de manière associative : les revers de la médaille

En réfléchissant, je me dis que le revers de la médaille du bénévolat est peut-être que certaines structures associatives servent régulièrement l’ego de certains petits « chefs de piscine » qui trouvent dans leurs rôles au sein des clubs ou du système une reconnaissance sociale qu’ils n’ont peut-être pas dans leurs vies personnelles. Cela au mépris des belles valeurs de base du bénévolat. Bien sur cela ne concerne pas tous les encadrants (heureusement), que du contraire. Mais ceux là en général font beaucoup de bruit… et des dégâts.

Un autre écueil provient probablement aussi d’un manque de formation continue qui engendre des pratiques quelque fois… désuètes.

Enfin, si la filière associative est parfois délaissée, c’est peut-être également parce qu’elle ne correspond plus tout à fait au mode de vie actuel. On veut un peu de ceci, un peu de cela, parfois au détriment d’une activité sur du long terme. Ou qu’elle demande la plupart du temps de s’inscrire dans un parcours fédéral. Parcours qui n’est plus le seul à être plébiscité par les apprenants. En effet, ceux-ci ont peut-être envie d’apprendre la plongée de manière associative, mais pas nécessairement fédérale. Ou encore, qu’elle dépend d’un investissement bénévole de personne et que cela n’est peut-être plus au goût du jour. Donner de son temps gratuitement, plus vraiment dans le vent ?

Rendre hommage à ceux et celles qui enseignent positivement

Comme le dit mon internaute, certains prennent pourtant de très nombreuses heures pour enseigner. Cela avec intelligence, ouverture et respect de l’autre en face.

Impossible donc de nier les bonnes volontés des filières associatives présentes un peu partout : Virginie, Joël, Amandine, Paul, Jean-Yves, Karim, Cathy, Geoffrey, Vincent, Nathalie… 

Toutes et tous œuvrent pour que l’esprit du bénévolat puisse ressortir au travers du fait d’apprendre la plongée de manière associative.

Alors plutôt que de me focaliser sur les aspects négatifs du système, je voudrais, au travers de cet article, rendre hommage très sincèrement à vous, ceux et celles, qui enseignez positivement avec passion, cœur et investissement (sans vous prendre pour des “petits chefs”). Parce que vous croyez au pouvoir de la transmission, de la solidarité, de l’échange et du plaisir de partager ensemble.

Ce faisant, vous permettez aussi à de nombreuses personnes de s’insérer dans un tissu sportif et social. De voir naitre de belles amitiés. De défendre la démocratisation de l’activité… Et ça, on ne peut pas l’oublier.

Apprendre la plongée de manière associative : cela a-t-il du sens pour vous ?

Echangeons dans un commentaire ci-dessous.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène