Les raisons qui font plonger

Il existe autant de raisons qui font plonger que de plongeurs. Retour sur ce déclic qui m’a fait entrée dans le monde incroyable de la plongée.

Automne d’une année, il y a longtemps déjà…

Un dimanche après-midi, je suis invitée dans un endroit particulier, car un ami vient d’être engagé comme cuistot et nous propose de venir gouter à ses plats parait-il délicieux. Le lieu est singulier. Perdu dans les campagnes, il comprend un vaste parking en gravier qui accueille de nombreux véhicules auprès desquels des hommes et quelques femmes s’équipent de manière étrange. J’interroge mes amis qui m’informent que ce lieu est un spot de plongée.

Un spot… pour plonger

En effet, il semble qu’un nombre impressionnant de personnes viennent s’adonner à leur passion : la plongée sous-marine. Quelle drôle d’idée !

Pendant que je traverse le parking, je me sens mi-amusée, mi-intriguée.

Comment peuvent-ils trouver le moindre plaisir dans un loisir demandant autant de préparation, de matériel et d’équipement manifestement lourd et probablement compliqué ? Comment peuvent-ils se préparer à se mettre à l’eau alors qu’il fait déjà si froid ? Quelles sont les raisons qui font plonger ces gens dans cet endroit qui, d’emblée, m’apparait « hostile » ?

Alors que des plongeurs s’engagent dans un sentier caillouteux qui descend entre les arbres, nous le contournons, empruntons une passerelle et rejoignons une terrasse qui surplombe un petit plan d’eau coincé en contrebas entre les roches. Je m’approche de la rambarde et regarde incrédule deux plongeurs lourdement équipés descendre jusqu’à la plateforme métallique posée sur l’eau.

Mes amis me pressent de les suivre vers le restaurant.
Je leur fais signe d’y aller, je les rejoindrai.

L’observation silencieuse

Les deux plongeurs s’arrêtent, et tout en discutant entre eux (sans que je puisse saisir leurs mots, car ils sont nettement en contrebas), finissent de se préparer.

Le ciel est couvert, il fait gris et déjà froid pour la saison. Le vent souffle un peu et les feuilles des arbres commencent à roussir. Le plan d’eau sombre renvoie le reflet des nuages qui filent haut dans le ciel. Les effluves qui s’échappent de la cuisine toute proche viennent me chatouiller les narines et se mêlent aux odeurs caractéristiques de la nature en automne.

Il paraît que la carte du restaurant est alléchante et j’ai drôlement faim. Cependant, je ne peux détacher mon regard de ces deux plongeurs qui s’apprêtent à se mettre à l’eau. Jamais auparavant je ne m’étais intéressée à cette activité moi qui ai toujours été si proche des sports d’eau.

Bien sûr, j’ai déjà entendu le nom de Cousteau. Mais je serais bien en peine de pouvoir dire précisément ce qu’il a fait. Moi, mon truc ce sont les émissions nature de Nicolas Hulot, les sensations fortes, l’adrénaline que procure le bref moment de la compétition en natation…

Pour l’heure, je suis si intriguée que je veux voir cet instant où les plongeurs pénétreront la surface d’eau sombre que j’imagine glacée. Alors je patiente dans le froid de cette fin de journée, les mains posées sur le métal rouillé.

Le déclic

Après quelques minutes, les deux plongeurs descendent dans l’eau jusqu’à la taille, enfilent leurs palmes et disparaissent ne laissant à la surface que leurs bulles comme traces silencieuses de leur présence.

Je reste là, seule, entourée par la pénombre qui m’enveloppe insidieusement. Un frisson parcourt mon corps. Je suis subjuguée et terrifiée à la fois…

« Voilà une activité qui a l’air effrayante » me dis-je.  C’est décidé, je veux faire de la plongée.

Il existe autant de raisons de plonger que de plongeurs ou plongeuses. Pour ma part, aussi incroyable que cela puisse paraitre, c’est parce que l’activité me semblait effrayante que j’ai voulu la pratiquer. Et vous ?

Les raisons qui font plonger : quelles sont celles qui vous ont incité à commencer ?

Partagez les bonnes raisons qui vous ont amené dans le monde merveilleux de la plongée dans un commentaire ci-dessous.

Pour aller plus loin

Et surtout,… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène

Pour rester en contact c’est ICI… ou LA