Ginette l’instructrice

Les clients se plaignent facilement de l’attitude des moniteurs, guides et autres directeurs de centre de plongée. Pourtant, il faut bien reconnaitre que ces derniers ont eux aussi leur lot de surprises venant de la part de clients difficiles. Ce fut le cas pour Pierre avec Ginette l’instructrice.

Il y a quelque temps, Pierre tombe sur une cliente extrêmement particulière, qu’il va pour l’occasion, et dans un soucis de confidentialité, nommer Ginette l’instructrice. Très certainement cousine spirituelle de notre ami Gégé.

Voici ses aventures : 

Le livre Plongée sous-marine L'Essentiel Different Dive.

« Notre chère amie Ginette se présente donc comme une instructrice de plongée venue en vacances en famille. Jusque-là, et même avec son niveau pro, cela reste une cliente normale, comme les autres.
Mais là où ça a commencé à devenir intéressant, c’est lorsque notre amie a décidé de créer sa propre perception de la relation client/prestataire.

Alors, puisque notre équipe s’est heurté à cette dose d’inconnue, voici pour vous et en EXCLUSIVITÉ différentes situations et leurs solutions que vous pourrez donc ressortir à vos possibles collègues pour les préparer avant la prochaine haute saison.

Accrochez-vous !

Internet à toujours raison !

Notre Ginette se présente au club avec sa propre liste de sites de plongée à faire lors de son séjour, le tout trouvé sur internet. 

C’est très dangereux ce qu’on peut trouver sur internet… 

Ainsi, Ginette l’instructrice fait remarquer devant les autres clients que nos sites choisis pour le lendemain n’y figurent pas. De facto, elle les juge sans intérêt, mal choisis et souhaite donc logiquement faire autre chose. Ça, c’est pour l’entrée en matière le premier jour.

Solution trouvée

Demander à Ginette de venir un peu à l’écart. En effet, ça ne sert à rien que les autres écoutent cette super conversation (Ou comment faire comprendre la différence entre une instructrice en vacances, et un mec qui fait son boulot). Lui expliquer que les sites de sa liste sont disséminés tout autour de l’île ou nous vivons. Et donc, pour la plupart, hors de portée !

👉 Travailler Dans Un Centre De Plongée, Un Rêve ?

BONUS : Si possible, montrer une carte du coin, c’est utile. Ça image votre explication, esprit de didactisme, et tout et tout…

Plonger sans payer !

Ginette l’instructrice vient d’effectuer sa première plongée, mais se plaint que celle-ci a été trop courte (45 minutes). En effet, elle est forcée de remonter car les 2 autres plongeurs étaient à 50 bars et son guide a refusé de la laisser sous l’eau avec le 4e plongeur. Cela pendant qu’il faisait remonter les autres. Mais bon, ça ira, car de toute façon avec plus de 100 bars d’air dans la bouteille à la fin, elle n’a tout bonnement pas à payer sa plongée.

Bien sûr, vous lui demanderez d’où est ce que sort cette idée. Elle vous répond que c’est comme ça que les centres sérieux font ailleurs. Si vous avez plus de 100 bars, vous ne payez pas !

Solution trouvée

Expliquer à la cliente que l’instructeur est remonté à la fin de la plongée car les autres plongeurs étaient à la réserve de la bouteille. Et que la plongeuse ne pouvait pas être laissée seule sur un site en haute mer. Site qu’elle ne connaît pas, où les courants peuvent facilement emporter les gens. Sans oublier qu’on ne laisse pas les plongeurs qu’on ne connaît pas en autonomie pendant leur première plongée. 

Et enfin, WTF (ndlr), non malheureusement les plongées finies avec plus de 100 bars ne sont pas offertes ! Que c’est d’ailleurs franchement dangereux madame l’instructrice d’encourager les gens à retenir leur respiration par appât du gain. Alors que depuis leur baptême de plongée, on essaye d’apprendre aux gens à ne PAS retenir leur respiration. 

👉 Mes 5 Conseils Pour Prévenir Les Accidents De Plongée 

Pas d’épaves pour Ginette l’instructrice !

Après deux jours d’interruption à cause d’une alerte de forte houle, Ginette l’instructrice revient faire une plongée le matin. Les 6 autres plongeurs ont tous plébiscité l’épave qu’ils n’ont pas pu faire la veille à cause des conditions en mer. La cliente exprime son mécontentement en public, à base d’esclandres, devant ces autres plongeurs : les épaves elle n’aime pas et demande tout naturellement à ce que le site soit changé.

Solution trouvée 

Expliquer qu’en ces conditions de mauvaise mer et mauvaise visibilité, une épave c’est royal. Ça permet au skipper d’avoir aussi un point précis à guetter pour le retour des plongeurs grâce au mouillage fixe. De plus, sous l’eau, une épave permet en général de ne pas se perdre. Cela même si la visibilité est mauvaise grâce à sa configuration familière à échelle humaine.

Contente mais… Ginette l’instructrice ne payera pas !

Finalement, super Ginette est remontée d’une plongée sur épave assez sympa. Avec visite de la cale, des cabines, salle des machines avec langoustes, murène géante dans les coursives. Malheureusement, elle n’est pas contente parce qu’elle avait encore 105,3 bars dans la bouteille. Du coup, elle se demande (et en fait la réflexion à Pierre) si elle doit payer sa plongée.

Solution trouvée

Nondidiou! 

Expliquer calmement à Ginette l’instructrice que la plongée se paye. Que l’essence du bateau à un coût, que le skipper ne travaille pas non plus pour la gloire. De même, le guide, aussi sympa et super cool soit-il, a des factures à la fin du mois à payer. Enfin, une partie des plongeurs des deux groupes étant tombée à 50 bars avant les autres, le guide a séparé les plongeurs en deux groupes : ceux qui étaient sur la réserve sont remontés et les autres ont pu rester sous l’eau plus longtemps. 

BONUS : Ha, et surtout, rester souriant !

👉 Métier De La Plongée : Vers Une Revalorisation De La Profession ?

Ginette l’instructrice réclame de la profondeur !

Wonder Ginette vous montre sa fameuse carte de vos sites de plongée et vous informe que demain elle décide qu’elle fera l’un de ces 3 sites qu’elle pointe du doigt. Ces sites ont tous en commun d’être dans une zone comprise entre -40m et -60m. Pierre est donc prié de s’arranger pour qu’elle puisse faire cela. Parce qu’elle n’a pas pu les faire jusqu’à maintenant à cause du niveau “peu élevé” des autres plongeurs.

Solution trouvée

Rappeler gentiment à Ginette l’instructrice que nous sommes en période de vacances scolaire. De ce fait, les bateaux sont pleins de plongeurs de tous niveaux. Malheureusement ces sites sont trop profonds pour les autres plongeurs de niveaux 2, limités à -30m pour la plupart.

Ginette l’instructrice 

“Oui, mais je suis instructri…” rouspète notre Ginette.

Solution trouvée

Ha oui, c’est vrai… Expliquer à notre amie que son niveau est Open Water Scuba Instructor. Et qu’en tant que tel, elle est instructrice de plongée loisir.  Tant qu’elle ne montre pas une carte de plongeuse Tek ou quoi que ce soit, elle-même non plus n’a pas le niveau suffisant, car la plongée loisir est limitée a -40m.

« Oui, mais… »

Solution trouvée

Se retenir de lui distribuer une patate de forain dans son clapet, mais avec le sourire.

👉 Métiers De La Plongée : 5 Grands Secteurs D’activité À Découvrir

Imposture

Marvel-Ginette vous explique qu’elle n’a vraiment pas été contente de votre attitude et qu’elle ira se plaindre a PADI. Car elle est PADI Course Director (Le plus élevé des niveaux d’instructeur PADI) et que dans le milieu elle est écoutée et respectée.

Solution trouvée

Rétorquer à Ginette l’instructrice que le premier jour vous avez fait une rapide recherche de statut sur le site Pro de PADI pour découvrir que la plongeuse est OWSI (le premier niveau d’instructeur PADI) en statut inactif depuis 2 ans, et apprécier sa réaction.

Et TOC ! »

L’histoire de Ginette, si elle fait rire, est usante pour les structures qui accueillent ce type de clients. Quel que soit notre niveau de plongée, essayons de rester respectueux des personnes et des sites proposés. De toute manière, nous sommes en vacances, non ? 

Merci à mon ami Pierre, instructeur et blogueur de talent de nous avoir partagé son expérience au travers de ce récit d’internaute écrit de sa plus belle plume.

Vous avez aussi vécu des histoires drôles, cocasses ou tout à fait surprenantes ? Envoyez-les moi via ce formulaire. Elles seront peut-être bien publiées

Client difficile ou facile, quel profil adoptez-vous en vacances ? Quels sont les pires cas que vous ayez rencontrés en tant que moniteur ?

Dite-nous tout dans un commentaire ci-dessous.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène