Le récit de Gégé, une histoire de plongée originale et inédite proposée par Pierre

Remarques préalables à l’histoire de Gégé :

  • Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.
  • Le nom de Gégé est un nom d’emprunt pris au hasard dans une liste de 12.563 autres prénoms.
    #Commentça vous ne me croyez pas ? 😁

Dans chaque centre de plongée, nous nous retrouvons toujours nez à nez à un Gégé, c’est un classique. 

Il s’agit de l’archétype du plongeur fédé qui sait mieux que tout le monde, souvent avec ses 3 étoiles tatouées sur la poitrine au fer rouge pour bien montrer qu’il a survécu au stage à Niolon un mois d’avril, ou bien c’est un PADI Master Scuba Diver avec 19 cartes de spécialités dont nous-mêmes ne connaissons pas la moitié. 

Une première rencontre avec Gégé

J’ai rencontré mon premier Gégé en travaillant dans un club de plongée sous-traitant d’une célèbre chaîne d’hôtel au trident. Pour vous aider à l’imaginer, pensez… À Bernard Morin (rappelez-vous, Jugnot dans les Bronzés). Ho oui, il fallait les voir, mon Gégé et ses potes, venir s’inscrire une bière à la main. Fringant comme il était dans son maillot de foot, son short trop grand et ses sandales Jesus-is-my-BFF.

C’était pourtant l’inscription parfaite, du moins sur le papier. Le bonhomme est en lice pour être nommé meilleur plongeur du monde, avec des certifications reconnues par la NASA et la DGSE tant elles sont spéciales. D’ailleurs il a tout appris par le beau-fils du cousin par alliance de Cousteau. Il a même d’ailleurs parcouru les 7 mers, a survécu à 4 tsunamis et au moins deux planquées de chinois. Mais il y a comme une impression de piège, et je sens presque au-dessus de mon épaule le souffle de monsieur Murphy (du département légal)  qui vient murmurer de faire gaffe, quand même un peu… Quelque chose peut arriver… 

Les premières plongées se passent bien, malgré un débat enflammé à bord sur la définition même de plongée profonde, notamment lorsqu’on parle d’un petit plouf à -30m. D’après Gégé, si tu n’es pas allé à au moins -45m pendant 30 minutes avec ton bloc de 12L, tu n’as pas le droit de parler de plongée profonde. Les trentemetristes ne sont que des profanes.

Bref.

L’intervalle de surface de Gégé

Là où Gégé s’est illustré, c’est pendant l’intervalle de surface. J’avais la chance de travailler dans un centre où nous rentrions entre deux plongées pour nous permettre de changer de bouteilles, pendant que nos plongeurs vont se prendre un jus de fruits au bar de la plage. 

C’est donc quelques jours après le début de leurs vacances que le barman vient me voir en me demandant si c’est normal que mes clients viennent boire des bières à 10h00 en combi de plongées avant de repartir faire des bulles. Crénom de nom de non, ce n’est pas normal ça! Nondidiou! Que la prochaine fois, il peut se réserver le droit de refuser de servir de l’alcool à des clients qui vont replonger. Le tout agrémenté d’une explication magistrale, mais néanmoins abrégée des méfaits de l’alcool sur notre capacité à faire des bulles parfaitement rondes.

Le lendemain à 10h03, les Gégés sont revenus au club après avoir commencé leur pause, fâchés parce qu’ils se sont fait refuser une blonde (la bière). Le Gégé en chef apparaissant très mécontent parce qu’il connaît mieux que moi. Il est médecin généraliste, assermenté fédéral FFESSM… Blabla mon colonel, avec le petit doigt sur la couture et tout.

S’il dit que c’est bon de se prendre une blonde avant la plongée, c’est qu’il sait mieux que moi pauvre ignare. Sans évidemment oublier de rappeler sa supériorité doctorale à voix haute encore une fois… Si jamais la carangue sur le récif ne l’avait pas entendu. 

Les récidives : tel est pris… Vous connaissez la suite ?

Le lendemain, c’est avec sa mousse qu’il revient de la pause. Il était tout fier d’avoir réussi à l’extorquer au barman un peu perturbé par tant d’autorité et de me la présenter sous le nez. Par contre, un peu moins content quand je lui ai refusé l’accès à bord. Je lui redemande de jouer le jeu et de ne pas basculer un godet entre les deux plongées. Il dit d’accord… 

C’est donc tout naturellement qu’il retourne au bar le lendemain matin pour s’envoyer un gorgeon. Il pensait sortir victorieux, manque de bol je suis fourbe: il revient encore plus fâché, parce que j’avais passé le mot aux équipes du bar de lui faire servir du jus de pomme à chaque fois qu’il viendrait demander une binouze en combi de plongée.

Suis je allé trop loin ?

Possible. Toujours est-il que Gégé a décidé de se calmer. Malgré cela, les copains du bar n’ont pas compris que cette “interdiction” de boire n’était que pour le matin. Gégé s’étant fait remettre des jus de pommes même en soirée. 

Oups.

Et vous ? Avez-vous eu vous aussi l’insigne honneur de rencontrer un Gégé? Pensez-vous qu‘ils font partie d’un complot plus large visant à nous faire tristement rire pendant nos vacances plongées ? 

Merci à Pierre, blogueur sur French Plongeur pour ce récit humoristique.
Vous avez aussi des histoires drôles, émouvantes ou insolites à raconter ? Rendez-vous ici.

Et surtout … n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène

Pour rester en contact, c’est ICI… ou LA

Présentation du roman Il me disait ose (ou quelque chose comme ça), le premier livre de Hélène Adam