Recul réflexif sur la question du lestage en plongée

Comme je m’étonnais d’un plongeur qui voulait à tout prix réduire au maximum son lestage en plongée en passant par les éléments de son équipement, je l’ai interpellé pour lui en demander la raison.

La réponse m’a laissée sans voix :

Pour éviter d’augmenter ma flottabilité et de devoir rajouter du plomb

Bien sûr, j’ai été tentée de dire que cette réponse n’était ni raisonnable ni sensée ; il faut utiliser le matériel tel qu’il est conçu et s’équiper avec ce dont nous avons besoin pour effectuer une plongée confortable.

La question du lestage en plongée, un point sensible

Cependant, cette discussion m’a permis d’amorcer une réflexion sur la phobie du lest chez nombre de plongeurs et plongeuses principalement francophones rencontrés aux quatre coins du monde.

Car il faut bien dire qu’actuellement encore, dans le monde de la plongée, une partie des plongeurs et plongeuses ont une crainte viscérale d’être trop lesté.

Lorsque j’ai débuté la plongée sous-marine, j’ai progressivement diminué mon lestage au maximum en retirant du plomb comme les autres plongeurs qui débutaient les cours avec moi et sans véritablement me poser la question de savoir « pourquoi diminuer mon lestage ? »

Risque d’un lestage trop important en plongée

Une raison souvent évoquée pour diminuer le lestage en plongée est le risque d’essoufflement lorsque le plongeur est amené à palmer. Essoufflement qui peut se révéler dramatique dans certains cas en transformant rapidement un incident en accident.

Pourtant, si effectivement, palmer en étant fort lesté peut augmenter l’effort (on est plus lourd) et représenter un risque d’essoufflement, il ne faut cependant pas négliger l’effet d’un lestage insuffisant ou trop « juste ».

En effet, le manque de lest peut aussi présenter des inconvénients en plongée, voir être un élément augmentant les risques d’incidents/accidents.

Justement, quels sont les inconvénients d’un lestage insuffisant en plongée ?

  • Difficulté dans la bonne tenue d’un palier de fin de plongée et donc inconfort
  • Risque d’abîmer l’environnement (en s’accrochant pour ne pas remonter), voir en mettant des pierres et autres roches dans sa stab.
  • Lutte pour rester stable au palier particulièrement lors de conditions météo changeantes… (mer qui se forme pendant la plongée, …) et possibilité d’un essoufflement.
  • Tendance à ne pas inspirer et expirer complètement (ou autrement dit, à s’empêcher de respirer normalement) pour pouvoir maintenir la profondeur du palier. Ici, le risque est de moins bien évacuer l’azote et donc d’effectuer une mauvaise décompression. Cela peut favoriser les accidents de décompression tant redoutés, à raison, par les plongeurs
  • Diminue le confort thermique : lors de plongées en combinaison étanche, mettre un peu plus de lest permet également d’insuffler plus d’air dans la combinaison et, de ce fait, d’augmenter le confort thermique.

Alors que faire ?

  • Tester différentes situations, faire preuve de bon sens et mettre le lestage correct selon les conditions de plongée. Cela pour être dans une situation de confort à tous moments. (Plus de poids en mer qu’en eau douce, plus de poids en étanche qu’en combinaison 3mm,…)
  • Demander à votre formateur des conseils selon les plongées à réaliser (en combinaison étanche, en mer à courant, …)
  • En cas de doute, préférer avoir un kilo en trop qu’un kilo en moins.
  • Garder à l’esprit que le matériel de plongée moderne est conçu pour assurer une flottabilité optimale. Et qu’il présente également une excellente portance

Et si je dois effectuer un palmage vigoureux durant la plongée, ne vais-je pas m’essouffler ?

Dans ma pratique, je constate qu’en respectant les règles de bases de la plongée, il ne m’arrive que très rarement de vraiment devoir palmer avec force. La plupart du temps, l’organisation des plongées loisir est telle que les plongeurs sont invités à aller dans le sens du courant. Cela, pour éviter les efforts et augmenter leur plaisir et leur sécurité. Par contre, je suis amenée à chaque plongée à effectuer un palier (obligatoire et/ou de sécurité).

Pour diminuer les risques d’essoufflement en cas de nécessité de palmage plus vigoureux, plutôt que d’enlever un ou deux kilos de plomb et risquer de l’inconfort et/ou des problèmes au palier, il existe une solution miracle :

Travailler sa condition physique et faire attention à sa santé tout au long de l’année (La pratique d’une activité sportive régulière et une bonne alimentation sont des atouts pour des plongées réussies).

D’autres solutions existent pour contrer l’essoufflement selon les conditions :

  • Privilégier des spots de plongée à l’abri du courant
  • Rester groupé avec sa palanquée
  • Eviter de palmer à contre courant
  • Répartir son lestage de manière à être en équilibre (pas tout à gauche ou à droite). Et utiliser également des poches à plomb largables si possible avec la même quantité de plomb de chaque côté
  • Vérifier que son matériel soit bien entretenu (Attention au détendeur !)
  • De manière tout à fait exceptionnelle, se déhaler en s’accrochant à des roches en cas de fort courant soudain. (Sans rien casser bien sur ). Cela permet de rejoindre un endroit protégé le plus vite possible
  • Diminuer la profondeur en cas de conditions difficiles

Finalement, il me semble que plutôt que de redouter d’être trop lesté et de faire une fixation sur le poids en plongée sous-marine, il est nettement préférable de se focaliser sur une bonne planification de plongée en fonction du niveau et de la condition physique de chacun des membres de la palanquée... et de rajouter, si besoin, un peu de poids pour privilégier le confort et profiter de sa plongée, même au palier 🙂

Envie de vous exprimer sur ce sujet ?

Postez un commentaire ci-dessous… ça me fera vraiment plaisir d’échanger avec vous en direct 

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux /heureuse 🤗

Hélène

PS : Et si nous restions connectés ? Rendez-vous sur la page Facebook ou abonnez-vous à la newsletter