Image proposant une -book gratuit.

Attitude écoresponsable

Vous les choisissez avec soin, vous les entretenez avec plaisir et vous adorez les porter. Vos combinaisons de plongée vous accompagnent dans vos plus merveilleuses expériences aquatiques. Pourtant, elles portent sur elles un poids écologique certain. La bonne nouvelle est que vous pouvez facilement adopter une attitude écoresponsable dans le choix et l’entretien de vos combinaisons de plongée.

Pour cela il existe différentes manières simples et efficaces pour diminuer votre impact dans le choix et l’utilisation de votre combinaison de plongée.

Vous pouvez les choisir pour participer, à votre mesure, à une plongée plus respectueuse. Mais aussi pour diminuer ce paradoxe de la combi. Car, bien sûr, vous ne voudriez pas faire partie du problème sans réagir.

Dans cet article vous allez non seulement comprendre pourquoi vous pouvez, sans vous en rendre compte, augmenter votre empreinte écologique. Mais également trouver des pistes pour la réduire. Et cela, assez facilement, avec un coût parfois moindre et parfois même en économisant de l’argent !

Pourquoi est-ce polluant ? 

C’est un paradoxe : les plongeurs et plongeuses passionnés du monde sous-marin portent sur leurs corps durant leurs immersions des combinaisons qui se révèlent polluantes pour la planète. Un comble !

Une publicités montrant les fonds marins.

Le plus difficile est qu’il leur semble impossible de faire autrement. Parce que, bien sûr, il faut bien se protéger du froid, des blessures ou encore des urticants.

Mais dans le fond, pourquoi le néoprène est-il si polluant ? 

Le néoprène est un matériau issu du pétrole ou du calcaire qui présente un bilan écologique assez mauvais et donc bien éloigné d’une attitude écoresponsable. Cela pour plusieurs raisons :

  • Il produit des émissions de carbone importantes pour sa fabrication et sa transformation.
  • Il exige une forte demande énergétique pour sa fabrication
  • Le néoprène n’est pas biodégradable (enfin dans un délai raisonnable, pas des centaines d’années !)
  • Utilisation des ressources non renouvelables dans le cas du pétrole (mais la plupart des équipementiers se tournent maintenant vers le Néoprène issu du calcaire)
  • Il existe peu de possibilités de recyclage. Les combinaisons sont donc enfouies ou brûlées.
  • Les collages font parfois appel à des solvants polluants.
  • Le transport (le néoprène utilisé dans nos combinaisons de plongée vient souvent de Chine)

À ma connaissance, il n’existe pas encore de combinaisons 100% écologiques pour la plongée.

Certaines marques en proposent, pour le surf, fabriquées majoritairement à base de caoutchouc naturel. Ce matériau, s’il est produit durablement présente alors une réduction de 70 à 80% d’émissions de CO2.

Heureusement, en plongée sous-marine aussi l’idée de produits moins polluants fait son chemin.

Recommandations pour une attitude écoresponsable par rapport à nos combinaisons de plongée

Une fois que vous savez cela, et comme vous vous sentez forcément responsables de l’avenir de notre planète et de la qualité des fonds marins que vous adorez, vous pouvez décider de faire un choix éclairé.

Voici quelques recommandations simples (et qui peuvent vous faire économiser de l’argent) pour adopter une attitude écoresponsable avec vos combinaisons de plongée dans une optique de durabilité.

Choisir en faisant attention à la composition

Choisir une marque de combinaison utilisant du néoprène recyclé, proposant des innovations durables. Ou, utilisant des matériaux moins polluants (colle sans solvants par exemple). À penser quand vous vous décidez de choisir au mieux votre combinaison de plongée.

Les livres du blog de plongée Different Dive.

Du côté des matériaux, pour adopter une attitude écoresponsable, les idées vont bon train pour remplacer le Néoprène classique.

On peut citer entre autres : l’Eco Carbon Black et l’Eicopren (contenant un pourcentage ou la totalité de vieux pneus recyclés), le Limestone (innovation japonaise issue du calcaire), le Yulex (à base de caoutchouc naturel) , le Bïoprene et l’Oysterpren (tous deux contenant des coquilles d’huîtres!)…

J’ai découvert trois marques qui utilisent ces matériaux sur le blog d’equilibre-plongée qui leur avait consacré un article spécial. Je ne les ai pas testées. Mais ce qui est certain, c’est que l’inventivité humaine est sans limites. Et ça, c’est bon pour la planète.

Ne pas lésiner sur la qualité (tout en restant dans votre budget)

Préférez une combinaison haut de gamme utilisant du néoprène de qualité élevé. Cela afin qu’elle ait une plus grande longévité. De cette manière vous devrez la remplacer moins souvent. C’est mieux pour la planète, mais aussi pour votre portefeuille.

Votre budget peut se voir sur un terme plus ou moins long. Garder une combinaison 4 ans au lieu de 2 fait une vraie différence et vous permet même de faire des économies.

Un entretien raisonné qui ne prend pas de temps

Entretenez soigneusement votre combinaison (retrouvez tous les trucs et astuces ici). De cette manière, vous devrez moins souvent la changer (et c’est à nouveau mieux pour votre portefeuille aussi).

De même, utiliser des produits biodégradables pour la nettoyer fait aussi partie d’une attitude écoresponsable. Renseignez-vous auprès de votre revendeur.

Réparer au bon moment au lieu de changer

Et si au lieu de les jeter, vous répariez vos combinaisons de plongée pour leur donner une seconde vie ?

La première solution est de le faire vous-même. Parfois un peu de colle spéciale néoprène suffira. Ou quelques points à la machine pour les plus experts d’entre vous.

D’autres fois (ou pour ceux et celles comme moi qui ne sont pas à l’aise dans ce type de réparation), vous pourrez avoir envie de faire appel à un pro du secteur. Par chance, il existe des ateliers un peu partout comme All-In Wetsuit Repair en France qui m’avait contactée pour me faire découvrir leurs services.

Sur leur site vous pouvez lire que « le néoprène est une matière fragile , mais facilement réparable ». Ou encore « Ne jetez plus votre combi, réparez-la ». Perso, ça m’avait bien plu. Alors, j’ai grand plaisir aujourd’hui à partager leur référence dans cet article.

Jetez un œil sur votre consommation d’eau (après tout, vous aimez ça l’eau, n’est-ce pas ?)

Réduisez votre consommation d’eau lors de l’entretien. Pour cela, préférez laisser tremper votre combinaison de plongée dans un bac d’eau propre et claire. Plutôt que d’opter pour une (trop) longue séance au tuyau d’arrosage.

Encore plus simple, laisser sa combi être rincée par de grosses pluies. (Ça marche aussi pour nettoyer la voiture !)

Et si vous pensiez aux filières de recyclage ?

Si votre combinaison est vraiment en fin de vie ou qu’elle n’est plus adaptée à votre morphologie (à cause, par exemple, de l’effet traître du Néoprène), peut-être que la poubelle n’est pas la seule et unique solution. Il est en effet possible de trouver une manière de recycler le néoprène. Cela entre bien évidemment dans une attitude écoresponsable globale.

Le plus simple : donnez vos combinaisons à des associations ou clubs, si elles sont encore en bon état. Cela permettra à des débutants d’en profiter gracieusement. Si vous pensez qu’elle peut encore servir, vous pouvez la revendre en occasion sur les sites spécialisés. La bonne période est bien sûr le printemps. Mais pas seulement.

Une autre solution si votre combinaison est fichue cette fois est de dénicher des points de collecte d’entreprises recyclant le néoprène. En général, elle sera recyclée pour en faire de nouvelles combinaisons, des tapis de yoga…

À titre d’exemple, cette entreprise propose des points de collecte dans de nombreuses villes en France et un en Belgique. 

Enfin, si vous aimez bricoler, vous pouvez utiliser le néoprène pour faire des manchons isolants qui tiendront au chaud (ou au frais) vos bouteilles d’eau. Pensez aussi à réaliser des housses pour appareil photo ou un tapis de souris… La seule limite étant celle de votre imagination.

Avant de partir…

Dans cet article, vous avez pu constater qu’il existe de nombreuses pistes pour adopter une attitude écoresponsable par rapport à l’achat et l’utilisation de sa combinaison de plongée.

À mon sens, si vous ne deviez choisir qu’une seule d’entre elles, ce serait peut-être bien de commencer par les recycler. C’est simple, ça ne coûte vraiment rien et ça peut même rapporter de l’argent. Extra, n’est-ce pas ?

L’attitude écoresponsable en plongée, ça vous parle ? Vous ne voulez pas en entendre parler ?

Dites-moi cela dans un commentaire ci-dessous

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène