Pires erreurs en plongée

Soyons honnêtes, lorsque l’on pratique la plongée sous-marine, nous ferons tôt ou tard des erreurs. Petites sans conséquences ou carrément grosses, il n’est pas toujours facile d’avouer ses pires erreurs de plongée.

Des erreurs, bien entendu j’en ai fait… plus d’une. Alors j’ai du sélectionner celles qui me parlaient le plus.

Focus sur mes 3 pires erreurs de plongée 

Fermer le robinet de la bouteille de mon binôme qui givre et pour être certaine… fermer les deux

C’était il y a longtemps dans l’eau claire et chaude … Que dis-je dans l’eau glaciale et noire d’une carrière belge. Je plonge avec ma binôme. Arrivée sur un fond de -35m, nous nous activons autour d’une « épave » (oui en Belgique nous avons des épaves qui ne ressemblent pas vraiment à celles que l’on retrouve en mer, mais qui forment néanmoins un point d’intérêt). 

L’eau est carrément froide et le détendeur de ma binôme se met à givrer. 
Bien entendu, notre équipement est dédoublé, car dans nos milieux de plongée nous apprenons très vite l’importance de la redondance. Ma binôme me fait signe qu’ellea un problème et m’indique de fermer son robinet. 

Je lui réponds OK, la contourne, prépare fièrement mon octopus et ferme… les deux robinets !

Contente de moi je reviens devant elle et voit dans ses yeux sa stupéfaction de ne plus avoir d’air dans aucun de ses détendeurs. 

Je lui tends mon octopus qu’elle s’empresse d’attraper.

Sauf que je lui propose l’octopus… à l’envers, moustaches vers le haut !
Du coup, elle se précipite dessus sans faire attention et boit autant d’eau qu’elle ne respire d’air !

Elle me fait signe que ça ne va pas. 
Je lui donne alors mon détendeur et prends mon octopus en bouche toujours à l’envers et manque de me noyer quand j’aspire… de l’eau.

À retenir : Inutile de fermer les deux robinets en cas de givrage d’un détendeur. Un seul suffit. De plus, écouter son instructeur lors des séances plus théoriques et noter les « détails » du genre « moustaches toujours vers le bas» bien en vue dans son esprit peut vous sauver la vie.

Oublier de serrer mon embout avec un colson, perdre mon détendeur en plongée… et manquer de me noyer

Dakar, Sénégal. Je plonge sur une magnifique épave avec mon binôme de l’époque, un Divemaster très sympa. Il y a du courant, mais la visibilité est plutôt bonne. 

[ À découvrir : plonger à Dakar et découvrir un cimetière d’épaves ]

Arrivée sur un fond de -35m, le courant me projette par surprise vers la tôle. Mon bras cogne un oursin et je pousse pour m’écarter afin de ne pas me blesser plus. 

Je respire soudain 100% d’eau. 

Mentalement je me dis que j’ai du faire entrer le liquide en me repoussant. Alors je souffle un grand coup pour faire s’échapper le reste de l’eau. Pourtant, à l’inspiration suivante, encore que de l’eau !
Je porte ma main sur ma bouche et remarque que …. Je n’ai plus de détendeur !

À ce moment-là, mon cerveau évalue la situation en quelques secondes. 

Mon binôme se trouve une dizaine de mètres devant moi.
Juste en dessous de moi, à ce que j’estime être 5 mètres de profondeur, un instructeur en qui j’ai totalement confiance. 
Je sais que je suis à -35m, que j’ai déjà fait deux expirations et que je ne tiendrai plus très longtemps sans air. Je pense à mon octopus, mais me rappelle que je ne l’ai plus testé depuis belle lurette. De plus, l’erreur numéro 1 expliquée ci-dessus me revient à la mémoire. J’ai tout à coup peur qu’il ne fonctionne plus. 

Tout va très vite dans mon cerveau à cet instant et je fais un choix. 

En effet, je décide de ne pas aller encore plus profond et palme rapidement vers mon binôme, attrape son épaule, le retourne et détache calmement son octopus pour respirer. Il me laisse faire, reprend mon détendeur et le rattache à l’embout que j’ai enlevé juste pour aspirer de l’air.

À retenir : Entretenir son matériel et vérifier régulièrement son bon fonctionnement.

Faire la suite des erreurs à ne pas faire et échapper de peu à des conséquences bien moins heureuses.

C’était il y a longtemps. Une journée chaude et ensoleillée où j’ai cumulé la fatigue physique et psychologique, la déshydratation, la plongée yoyo et les plongées à profils inversés. 

L’issue aurait pu être dramatique. Je vous raconte toute l’histoire ici.

De très nombreux accidents sont une suite d’erreurs, de choses qui se passent pas tout à fait comme nous l’aurions voulu.

À retenir : Respecter les règles de base de sécurité et au moindre doute, renoncer à plonger.

Comment les appréhender ?

Les erreurs en plongée arrivent à tout le monde. Elles vous arriveront. Et cela, même si nombreux sont celles et ceux qui n’en parleront jamais et préféreront rester dans « le monde du silence ». 

[ Pour aller plus loin : La liste des erreurs relevées par les internautes ]

Aussi, plutôt que de les craindre ou de les nier, il me semble judicieux de mettre tout en place pour empêcher leur venue avec sérénité. 

De cette manière nous pourrons également adopter une attitude de prévention des accidents et plonger avec plaisir et en toute sécurité.

Quelles sont vos pires erreurs en plongée ? Qu’en avez-vous appris ?

Partagez-les ci-dessous dans un commentaire pour permettre à d’autres de les éviter

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène