Nicolas Paulme : j’ai participé à Under The Pole

J’ai rencontré Nicolas Paulme lors du salon de la plongée de Paris en janvier dernier. C’est mon ami Paul de la Beauté de la Plongée qui me fait rencontrer Nicolas. Celui-ci se présente comme ayant participé à l’expédition « under the pole » avec Aldo Ferruci. 

Cette incroyable expédition dont l’objectif est d’étudier le milieu sous-marin entre la surface et 150 m de profondeur et de développer de nouvelles techniques de plongée.

Alors forcément, Nicolas titille mon intérêt sur son parcours et les motivations qui l’ont amenées là où il est aujourd’hui. Et j’ai envie d’en savoir plus.

Hélène au Salon de la Plongée 2020 avec un représentant de l'expédition Under the pole
Nicolas | © Different Dive

La plongée pour vivre ses rêves

Originaire du nord de la France, à Valenciennes, Nicolas n’a jamais vraiment été porté par les études. Les rêves de voyages, de road trip et de la découverte du monde le suivaient depuis longtemps. Aussi, une fois le sésame du BAC en poche, il commence à chercher un moyen de réaliser ces rêves ? C’est à travers de la plongée qu’il décide de les vivre.

Car depuis son adolescence, Nicolas s’est initié à la plongée notamment en Égypte où il passe son premier brevet à 12 ans. Il se retrouve fasciné par les merveilles du monde sous-marin, le fait de pouvoir respirer sous l’eau et d’évoluer dans un état d’apesanteur au milieu des poissons.

La plongée s’est ainsi immiscée de façon naturelle dans la préparation des voyages suivants. L’océan indien à l’île Maurice et de l’Atlantique à Ténérife.

Nicolas se lance alors dans le métier en 2009 en tant qu’instructeur PADI. Son premier travail est à Bayahibe en République dominicaine. Depuis, la plongée ne l’a plus jamais quitté.

Nicolas est concentré sous son masque de plongée.
Prêt | © Thomas Trapier_Under The Pole

Nicolas et le projet Under The Pole 

C’est en grande partie grâce à Aldo Ferrucci que Nicolas doit sa participation à ce projet.  Devenu amis lors d’une croisière de plongée, Aldo met alors Nicolas en contact avec Ghislain Bardout, directeur des expéditions Under The Pole. Celui-ci recherchait à ce moment-là un plongeur recycleur profond afin de mener à bien la fin du programme Deep Hope en Polynésie française. L’aventure s’est ensuite poursuivie sur l’ambitieux programme Capsule.

Pour Nicolas, le projet Under The Pole est une expérience tout aussi incroyable qu’inoubliable. Du jour au lendemain, il se retrouve catapulté au sein de l’équipe, navigant sur un voilier entre les différents archipels de Polynésie à étudier les coraux profonds.

Ce projet représente pour lui un immense espoir vis-à-vis de notre environnement et de l’humanité. Au travers de cette expérience, Nicolas est conscient qu’il a pu explorer certains des plus beaux endroits existants sur terre. De même, s’il est vrai que les conclusions environnementales sont alarmantes, Nicolas fait le constat qu’il reste aussi des lieux comme ceux-là qui redonnent foi en la nature.

Au travers d’Under The Pole, Nicolas participe à « Capsule » dont l’objectif est de permettre l’observation ininterrompue du récif lors de plongées longues pouvant atteindre plusieurs jours. Il a donc fait l’expérience extraordinaire de vivre 3 jours en immersion, parmi les poissons !

Il s’agit là d’un projet qui m’a permis de vivre un des moments les plus intenses de ma vie.

À découvrir : le parcours exceptionnel d’Aldo Ferrucci

Nicolas Paulme prépare son matériel pour une des plongées de Under the pole.
Préparation | © Frank Gazzola_Under The Pole
La capsule Under the pole avant sa mise à l'eau.
Mise à l’eau | © Frank Gazzola_Under The Pole

L’aventure Under The Pole à travers des yeux de Nicolas Paulme

Cette aventure a permis à Nicolas de poser un pied dans le monde de l’expédition qui lui était jusque là complètement inconnu. 

Travailler sur des projets hors du commun pour lesquels il n’existe pas de règles établies, de méthodes ou encore de protocoles représente une expérience unique. Dès lors, il a fallu innover sur tous les plans et en tout temps. Mais aussi collaborer avec de nombreux experts et partager les savoir-faire.

Deux plongeurs près de la capsule de la mission Under The pole
Au fond de l’océan | © Thomas Trapier_Under The Pole

Comment Under the Pole a changé la vision de Nicolas Paulme

Participer à un projet d’une telle envergure a forcément changé sa perception de la plongée. Pour Nicolas, la vision globale du monde sous-marin acquise lors de l’expérience lui permet de l’observer avec plus d’attention et de mieux mesurer les impacts sociaux économiques sur les éco-systèmes.

Mais c’est aussi l’analyse des effets physiologiques de la plongée sur le corps humain lors d’immersions longues qui lui donne la possibilité d’appréhender différemment ses futures plongées.

Nicolas Paulme devant le tableau de préparation des blocs de plongée de Under the pole.
Détails | © Frank Gazzola_Under The Pole
Nicolas fait des tests physiologiques.
Tests | © Thomas Trapier_Under The Pole

Et maintenant ?

Cela fait 10 ans que Nicolas Paulme a fait de sa passion son métier. Vous pouvez découvrir toutes ses activités via sa page Facebook

Aujourd’hui, il est moniteur indépendant. Il travaille en partenariat avec certaines structures situées dans le sud de la France au sein desquelles il forme des plongeurs loisirs, tek et recycleur à travers différentes agences de certifications comme la FFESSM, ANMP, SDI/TDI, PADI et SSI.

Comme il a un intérêt tout particulier pour la plongée tek et recycleur, il prend beaucoup de plaisir à faire découvrir ces pratiques aux plongeurs qui souhaitent aller plus loin et faire évoluer leur manière de plonger.

D’autre part, il organise des voyages plongée. 

Mais, s’il souligne des avantages à son métier (travailler au soleil, vivre de sa passion, être dans l’eau détaché des problèmes quotidiens), Nicolas reconnaît qu’il y a cependant des inconvénients: la saisonnalité du travail en Métropole, un revenu modeste et un travail qui dépend du bon fonctionnement du corps. Il note aussi les investissements en temps, en pratique et en finances pour pouvoir devenir moniteur tek et recycleur sans oublier le passage du DEJEPS lorsque l’on souhaite travailler en France…

À découvrir : comment travailler dans le monde de la plongée ?

Nicolas Paulme respire en surface sur son détendeur
Respiration | © Thomas Trapier_Under The Pole

Des spots de prédilections

Pour Nicolas, décrire ses spots préférés c’est quelque part renoncé aux autres et c’est compliqué. Néanmoins, il cite parmi ses plus belles plongées :

  • La découverte d’une épave profonde en Égypte qui reste encore à identifier
  • Au Soudan, le récif de Sanganeb pour une magnifique interaction avec un banc de marteaux ou encore Habili Qab Miyum où il a  pu assister à une querelle entre un voilier et un requin soyeux
  • La passe de Tiputa à Rangiroa en Polynésie pour la biomasse exceptionnelle
  • Quelques superbes réseaux souterrains profonds d’Égypte

Un rêve de plongeur 

S’il pouvait réaliser un rêve, Nicolas se verrait bien embarquer pour une expédition sans fin à bord d’un bateau ayant pour but l’exploration de tous les fonds marins de la planète sous quelque forme que ce soit. Une sorte de remake de l’odyssée Cousteau avec les moyens actuels.

L’évolution du monde de la plongée vu par Nicolas

Pour Nicolas, la plongée Tek va occuper de plus en plus de place et participera certainement à faire évoluer la pratique de la plongée au sens général du terme vers des standards plus sécuritaires et une approche de la plongée avec décompression plus complète et plus moderne. 

D’autre part, alors qu’il craint que pour des aspects commerciaux le niveau moyen des plongeurs soit moins bon, sur un plan matériel, il lui semble que la technologie sera de plus en plus présente sous quelques formes que ce soit lors de nos incursions.

Enfin, du côté environnemental, il espère que nous trouverons rapidement des solutions applicables afin de vivre notre passion tout en réduisant notre impact sur le milieu. 

À découvrir : Notre impact sur la vie sous-marine

Les plongeurs de l'expédition Under The pole près de la capsule dans le fond de l'océan.
En avant | © Thomas Trapier_Under The Pole

Continuer à découvrir, explorer …

Cela ne fait aucun doute pour Nicolas qu’il y a encore de nombreuses choses à découvrir. C’est d’ailleurs un des sentiments qui l’anime le plus. 

Il dit n’avoir jamais ressenti quelque chose de similaire à cette sensation éprouvée lorsque l’on découvre quelque chose d’inconnu jamais vu par un autre être humain.

Selon lui, nous connaissons mieux la surface de la Lune que celle de nos fonds marins. Et il pense que nous avons encore de belles explorations et par conséquent de belles découvertes en perspective.

Je pense que l’aventure est indissociable de l’exploration. On explore l’inconnu qui induit parfois la découverte, quelle qu’en soit sa nature… C’est pour moi une façon de s’intéresser et de se sentir concernés par le monde qui nous entoure et c’est aussi synonyme de rassemblement.

Nicolas Paulme

Nicolas Paulme fait assurément partie des jeunes aventuriers modernes épris de liberté et d’aventure. Je suis toujours impressionnée par ces personnes qui osent suivre leur rêve.

Nicolas Paulme dans la capsule de l'expédition Under The Pole.
Dans la boite | © Thomas Trapier_Under The Pole

Vous avez l’esprit aventurier ? L’exploration marine vous tente ? Vous connaissez Nicolas Paulme ?

Dites-moi cela en commentaire de cet article pour continuer à échanger ensemble.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène