Les livres du blog de plongée Different Dive.

Mon matériel photo 

Régulièrement, des internautes me demandent quel est mon matériel photo. Habituellement, j’ai tendance à  leur répondre que je ne suis pas photographe. Que mon truc c’est l’écriture et j’aurais bien envie de leur parler de mon pc. Pourtant, force est de constater que j’ai toujours aimé prendre des clichés. Et que depuis la naissance de mon blog, mon matériel photo a bien changé. 

LIRE | Photographes Sous-Marins : 20 talents à découvrir

Un départ tout petit

Au tout début de l’aventure de mon blog, j’étais fidèle à la série des compacts G10 et suivants de chez Canon. Ce n’était pas un choix réfléchi. Mais il se fait que j’avais un G10 à la maison pour mes photos de surface et que j’ai investi dans un caisson étanche pour ma toute première croisière de plongée en 2010. Alors j’ai continué avec ces appareils.

Mon matériel photo face aux limites

Si au départ, il me convenait, au fur et à mesure que j’avançais dans le blogging, je voyais bien que mes photos n’étaient pas aussi belles que je les aurais voulues. J’ai alors commencé à regarder comment faisaient les autres. Très vite, je suis tombée sur le blog de Corinne qui fait des clichés merveilleux. Elle utilisait un Canon 7D Mark II. Un appareil « de baroudeur », étanche aux projections d’eau et à la poussière. Il se fait que j’avais acheté ce même appareil peu de temps avant pour mes photos en surface, lors de mes voyages. Il faisait donc déjà partie de mon matériel photo.

LIRE | 12 Conseils Pour Débuter La Photo En Plongée

Un investissement lourd… comme la déception

Après réflexion, j’ai alors décidé d’investir dans un caisson étanche, deux flashs et un objectif grand angle pour mon Canon 7D Mark II. Ce fut un lourd investissement… suivi d’une belle déception. En effet, ce n’est pas l’appareil qui fait la belle image, mais la personne qui se trouve aux commandes. Et moi, les commandes, je ne les maîtrisais absolument pas.

«Un appareil photo n’a jamais fait une grande image, pas plus qu’une machine à écrire n’a jamais fait un grand roman»

P. Adams 

Toutes mes premières photos avec ce matériel lourd et encombrant ont été des échecs cuisants. Trop exposées ou pas assez. J’avais choisi des flashs avec l’option TTL, mais impossible de tirer un cliché convenable. J’étais très déçue. De ce fait, je revenais sans cesse à mon compact.

Prendre des cours

Mon binôme étant déçu pour moi (et pour l’investissement financier que nous avions réalisé) m’a alors proposé de suivre deux journées de cours chez un photographe plongeur et passionné de photos sous-marines. J’ai lutté autant que je le pouvais. Hors de question de m’assoir et d’écouter quelqu’un parler de focale, ouverture, ISO et autres concepts dont j’ai horreur. Mais finalement j’ai fini, de mauvaise grâce, par accepter.

Vous auriez dû voir toute la mauvaise foi que j’y mettais. En y repensant, je souris.

Pourtant, j’en ai gardé quelques trucs et astuces intéressants, je l’admets volontiers. Mais ce qui m’a vraiment plu, c’est que le professeur a émis l’idée que mon TTL ne fonctionnait peut-être pas. Nous avons alors pris contact avec Ikelite et avons convenu de retourner au fournisseur le module TTL pour être remplacé, et à raison…  

Quand la magie opère

Une fois le nouveau module TTL reçu et les quelques notions de base retenues, j’ai pu utiliser mon matériel photo de manière bien plus optimale. J’en ai aussi profité pour « vendre un bras » afin d’acquérir l’objectif Fish-eye de Tokina dont je rêvais. J’ai également opté pour un dôme plus petit pour mon caisson afin de réduire l’encombrement.

Et finalement, le charme a opéré. 

Aujourd’hui, j’ai bien du mal à m’immerger en eau chaude sans mon équipement « lourd ». En eau froide, je lui préfère souvent mon compact pour des questions d’encombrement. Il m’a fallu presque deux ans (et des kilos de mauvaise foi à éliminer) pour profiter enfin de mon matériel photo. 

Ce qui compose mon matériel photo principal aujourd’hui

Il s’agit du matériel photo de plongée que j’utilise le plus régulièrement, toutes immersions confondues.

  • Un appareil photo Canon 7D Mark II avec une carte mémoire de 128 Gb
  • Un caisson Ikelite
  • Deux bras articulés
  • Deux flashs Ikelite DS 51
  • Un objectif Fish-eye Tokina AT-X 107 DX
  • Une lampe pilote

Ce matériel photo a des avantages tels que les possibilités de travailler en manuel, l’éclairage qui s’adapte… Mais il présente aussi des inconvénients : prix, encombrement, utilisation demandant un peu de connaissance et poids lors des voyages. Emporter votre matériel photo en avion imposera de lui consacrer un bagage cabine rien qu’à lui. Il vous faudra donc peut-être sacrifier l’une ou l’autre tenue.

Mon matériel photo de plongée sous-marie principale.

Mon matériel photo secondaire

C’est le matériel photo que j’utilise quand je veux juste profiter de ma plongée, mais que je ne peux m’empêcher de pouvoir au moins faire un cliché ou une vidéo. Même s’il m’est arrivé de plonger sans appareil photo comme lors de cette plongée dont je ne vous parlerai pas.

Entre compact, caméra et smartphone, mon coeur balance. Mon matériel varie en fonction de mes envies. Parfois, il vient même s’ajouter à mon matériel photo de plongée principal.

Je me donne le choix entre ces trois là :

1. Le TG6 d’Olympus

J’en avais beaucoup entendu parler en bien sur les réseaux sociaux. S’il a remplacé mon compact Canon… dont j’étais moyennement contente, je dois reconnaître que j’ai un peu de mal à m’y habituer et à en ressortir quelque chose de beau. Je l’accompagne de ma fidèle lampe photo/vidéo VL9000P de chez Big Blue.

L'appareil photo TG6 de Olympus avec ses lampes.

2. Ma GoPro 8

C’est principalement mon binôme qui l’utilise. Mais parfois, je me laisse tenter, juste pour le fun.
Pour plus de facilités, elle est fixée sur une platine et est accompagnée d’une lampe vidéo utilisée si nécessaire.

La caméra Go Pro 8 avec sa lampe BigBlue.

3. Le DiveVolk

Envoyé par le fournisseur pour que je puisse le tester, je dois reconnaître que j’ai pris beaucoup de plaisir à l’utiliser lors de mes plongées en eau chaude et tempérée. Je vous invite à découvrir le test complet ici.

Le matériel photo peut comprendre un caisson immangeable pour smartphone comme le Divevolk.

Quel coût pour s’équiper ?

Il est tout à fait impossible de répondre à cette question tant les choix sont nombreux.
En effet, vous pouvez trouver de très bons appareils compacts pour quelques centaines d’euros. Certains ne demandent même pas d’être utilisés avec un caisson.
Par contre, un équipement composé d’un appareil reflex haut de gamme avec son caisson et ses accessoires peut couter plusieurs milliers d’euros.

Conseils

Il n’y a pas de bons ou de mauvais choix en termes de matériel photo, mais un choix qui vous convient selon qui vous êtes. En effet, il est préférable de s’adapter à nos particularités.

Quelques conseils de base si vous pensez vous équiper pour faire de la photo sous-marine :

  • Demandez conseils à des plongeurs et plongeuses qui font le même genre d’immersions que vous
  • Prenez en compte l’ensemble des accessoires pour établir votre budget.
  • Un bon appareil sans un bon éclairage ne vous donnera probablement pas satisfaction : les deux doivent être pensés ensemble.
  • Le poids et l’encombrement ne doivent pas être négligés, surtout si vous voyagez régulièrement en avion.
  • Faites le point sur vos connaissances en photo.
  • Ne prenez pas un appareil photo juste parce que vos photographes sous-marins préférés l’utilisent. L’appareil ne conviendra pas nécessairement à vos immersions ou votre pratique.

Conclusion

Mon matériel photo pour la plongée évolue en fonction de mes besoins et compétences. Il a représenté un gros budget. Notamment dû au fait que je n’ai pas tout de suite fait les meilleurs choix. Aujourd’hui, je suis loin d’avoir du matériel de toute dernière génération. Mais il me convient et je suis habituée à l’utiliser. Selon les plongées que je planifie, je prendrai l’un ou l’autre des appareils avec moi. Et parfois, je ne prends rien, juste pour le plaisir de me sentir en totale symbiose avec le milieu aquatique.

Et de votre côté, de quoi se compose votre matériel photo ?

Dites-moi cela en commentaire de ce post.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène