Les sons des océans : ce chant si puissant

Au début des explorations marines, Cousteau nous parlait d’un certain monde du silence évoquant un univers sans bruits. Ceux et celles qui ont déjà eu la chance de s’immerger en plongée savent à quel point il n’en est rien, car, très vite, ils apprennent à connaître les sons des océans.

Entendre le chant puissant des océans

Il y a quelque temps, je plongeais à Mayotte. Lors d’une immersion dans le Sud de l’île, soudain, au milieu des autres bruits habituels, un son étrange, méconnaissable nous enveloppe. Instinctivement, je comprends ce qui est occupé à se passer. Le guide vient devant moi et s’agite en tous sens me faisant des gestes que je ne comprends pas. Mais il a l’air heureux alors je lui souris des yeux. Déterminé à me donner une explication, mon guide sort sa plaquette immergeable et me dessine une baleine (vite fait) avec des notes de musique qui sortent de sa gueule. Je lui souris une seconde fois… Je l’avais senti.

Au fond de moi-même. Alors bien même que je n’avais jamais entendu le chant des cétacés sous l’eau, j’ai su d’instinct que c’était ça. Ce chant de la baleine qui nous accompagnerait toute la plongée.

Le son est puissant et pénètre chacune de mes cellules. Si je n’ai plus le souvenir précis de sa musique, celui de la sensation demeure quant à lui très présent.

Les sons des océans

Les océans, loin d’être silencieux, nous proposent multitudes de sons et de bruits qui viennent vibrer de concert dans nos oreilles. Pourtant il n’est pas toujours facile de comprendre le mélange de sons que comporte cet environnement qui nous autorise de brèves incursions.
D’autant que les sons dans l’eau se propagent approximativement quatre fois plus vite que dans l’air. De plus, d’autres facteurs peuvent influencer sa propagation comme la température. Dès lors, il est difficile pour nos oreilles d’en comprendre l’origine et la direction.

Durant nos plongées nous entendons globalement 4 types de sons différents.

Ceux-ci se mêlent et pourraient nous surprendre dans leur intensité et la composition de la mélodie qu’ils créent. Mais si nous y faisons bien attention, nos oreilles, aguerries, pourront nous renseigner et nous apprendre à entendre le chant puissant des océans.

1. Les sons de notre respiration

Lors des premières plongées, c’est principalement le bruit de notre respiration dans nos détendeurs qui guide nos découvertes. C’est tellement étrange au début ce son mécanique traduisant l’échange entre nos blocs, nos poumons et puis l’extérieur.

À l’inspiration, le son est plus sifflant. À l’expiration, celui provoqué par l’expiration se mêle à celui des bulles qui viennent encadrer nos visages.

Mais au fur et à mesure de nos immersions dans le monde sous-marin, nous appréhendons plus facilement ces bruits mécaniques devenus familiers et entendons mieux les autres bruits qui nous entourent.

2. Les sons humains 

Les passages de zodiacs et autres petites embarcations motorisées sont généralement bien reconnus par les passionnés de plongée. C’est le cas aussi des ancres qui sont remontées et le « TAC, TAC, TAC » qui accompagne leur ascension. Plus compliqué, le bruit de grands navires passant au loin. Le cliquetis du matériel lorsque vous ou vos binômes sortez vos lampes, décrochez vos parachutes de paliers… Plus dérangeants, celui incessant sur certains spots de plongée des shakers et autres pointes métalliques frappées sur les blocs pour attirer l’attention des palanquées.

3. Les sons des animaux

Ils sont tout autour de nous. Les bruits du corail mangé par les poissons ou les tortues. Les sons brefs et nets produits par certaines espèces de crevettes et autres squilles. Ceux produits par les poissons eux-mêmes. Les sons émis par les mammifères marins: dauphins, baleines… comme un chant, une invitation à nous concentrer pleinement sur le chant puissant de l’océan.

4. Les sons des océans

D’autres bruits viennent dans la mêlée. Ceux des galets roulés et emportés par le mouvement continu des vagues. Ou encore celui de la houle qui vient frapper la côte. Les clapotis de l’eau sous la coque des bateaux accompagnent aussi nos immersions.

Tous ces sons donnent au chant de l’océan un rythme continu et régulier qui peut nous donner la sensation d’être bercés.

Finalement, c’est de ce mélange de bruits et de sons divers que naît le chant puissant de l’océan. Cette musique si particulière qui fait d’un ensemble de sons une mélodie qui nous emmène dans cet univers mystérieux.

Peut-être, lors de vos prochaines immersions serez-vous encore plus attentif à cette musique toute particulière née des sons des océans qui accompagne nos plus belles immersions. À ce chant puissant des océans.

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuse 🤗

Hélène

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos groupes préférés pour en faire profiter un maximum de gens

Pour rester en contact c’est ICI… ou LA 

[REMARQUE : a peine avais-je terminé l’écriture de cet article que je me plongeais dans le deuxième chapitre du livre de Bill François « l’éloquence de la Sardine« . Avec bonheur, j’ai constaté qu’il parlait lui aussi et de manière très précise de ce chant puissant des océans. À découvrir. ]