Formation de plongée : ces exercices que vous ne devriez plus apprendre ou enseigner aujourd’hui

Le monde de la plongée sous-marine évolue et son enseignement aussi… et c’est très bien comme cela

Nos connaissances portant sur les immersions sont meilleures et le matériel de plongée sont  incomparablement plus performant et fiable qu’au début de la plongée. Aussi, il est surprenant de voir que certains exercices sont encore enseignés dans les formations de plongée loisir.

Au risque de brusquer ceux et celles qui restent attachés aux valeurs anciennes et aux pratiques qu’ils ont toujours connues, voici trois exercices que je considère comme désuets. Et/ ou dangereux au regard des pratiques de plongée sous-marine d’aujourd’hui

La remontée sans embout

Elle fait encore régulièrement débat (mais uniquement en France). Et je n’ai jamais trouvé une raison objective de vous conseiller de l’apprendre.

La remontée sans embout a été supprimée des cursus partout dans le monde et reconnue comme accidentogène par le monde médical. Cependant, en France elle est encore exigée pour obtenir le niveau 4 (octobre 2018).

Certains vantent ses vertus de mise en confiance. D’autres la voient comme le seul bon moyen de se préparer à la gestion de la panne d’air,… De mon côté, je ne peux m’empêcher de considérer la remontée sans embout comme un exercice dangereux. Un exercice d’’un autre temps révolu où le matériel était rudimentaire, les planifications de plongée moins précises (il n’y avait pas d’ordinateur de plongée, une réserve d’air,…) et la condition physique des pratiquants très certainement bien meilleure que celle d’une bonne partie du public de la plongée d’aujourd’hui.

Actuellement il me semble de loin plus pertinent d’enseigner l’importance de la redondance du matériel. Mais aussi de la planification des plongées et du respect de celle-ci. Notamment au travers d’un briefing complet, concis et de qualité.

Un plongeur enlève son détendeur sous l'eau

© DifferentDive | DDIVE

Depuis l'écriture de cet article le 25 octobre 2018, l'exercice de remontée sans embout à enfin été enlevé des cursus de formation en France aussi. 

Le canard

Technique d’immersion consistant à descendre la tête en première. Elle est enseignée depuis le tout début de la plongée. Pourtant, force est de constater que, dans la pratique, les plongeurs et plongeuses ne l’utilisent pas (ou si peu).

Très difficilement réalisable (et tout à fait inutile et dangereuse) pour les plongeurs en combinaison étanche, l’immersion par la technique du canard ne présente un avantage que pour les plongeurs très/trop faiblement lestés (qui finiront parfois par tenir leur palier en fin de plongée avec beaucoup d’effort).

Pour les autres, je n’y vois aucun avantage. Il est bien plus confortable et sécurisant, voire moins stressant pour certains, de descendre calmement à la verticale tête en haut en vidant l’air de son gilet de plongée. De cette manière, pas de soucis pour équilibrer ses oreilles en prenant le temps qu’il faut. Pas de soucis pour garder en visuel les membres de sa palanquée (et donc meilleur temps de réaction en cas de problème). On réduit le risque de peur ou panique. On s’offre la possibilité de rester en surface pour récupérer son appareil photo ou sa caméra que celui ou celle resté-e sur le bateau vous tendra, etc…

Aujourd’hui, les gilets de plongée sont très performants. Dès lors, il vaut mieux mettre un ou deux kilos de lest supplémentaires pour assurer son confort. Et gonfler si besoin un petit peu plus son gilet.

Je vous encourage à lire cet article sur le lestage pour comprendre l’importance de ne pas être sous-lesté.

De ce fait, l’immersion à la verticale pied vers le bas sera bien plus confortable et simple. Cela, en veillant toutefois à reprendre une position horizontale rapidement après l’immersion pour ne pas abîmer les fonds marins.

Une plongeuse l'entrée du cénote de Dos Ojos

© DifferentDive | DDIVE

Les exercices de tables en but de les utiliser comme outil de décompression pendant la  plongée

Vaste débat entamé dans mon article Pourquoi j’ai décidé de ne plus enseigner l’utilisation des tables de plongée. Les exercices à rallonge portant sur les tables comme moyen de décompression durant les plongées sont, à mon sens, inutiles en plongée loisir. Je n’ai personnellement jamais vu personne sortir ses tables en fin de plongée (heureusement !) pour calculer son temps de palier et je souris quand les plongeurs ou plongeuses me disent ne jamais plonger sans leur tables alors qu’ils n’ont ni profondimètre ni montre de plongée. Bien sûr, comme tous les plongeurs et plongeuses loisir, ils se réfèrent à leur(s) ordinateur(s).

Cependant, cette vieille idée des tables qui seraient « plus sécurisantes » circule encore et je suis désolée de lire parfois que plutôt que de s’équiper d’un ordinateur en backup ou redondance, de très (trop ?) nombreux plongeurs privilégient encore les tables de plongées dans leur gilet (tables qu’ils n’utilisent JAMAIS) avec un profondimètre et une montre qu’il n’ont souvent pas avec eux-elles.

Plutôt qu’un ordinateur ils utilisent trois accessoires et multiplient de ce fait le risque de panne. L’argument invoqué étant souvent : et si mon ordinateur tombe en panne ?

Sans que jamais ils ne s’interrogent sur : et si ma montre ou mon profondimètre tombe en panne ?

Une personne étende devant elle ses tables de plongée

© DifferentDive | DDIVE

Cette liste d’exercices que vous ne devriez plus apprendre aujourd’hui n’est évidemment pas exhaustive et je suis convaincue qu’en réfléchissant un peu, vous trouverez vous aussi des exemples d’exercices de plongée qui n’ont plus de sens aujourd’hui.

Vous êtes engagé dans une formation de plongée ? N’hésitez pas à interroger vos moniteurs sur la pertinence d’effectuer des exercices qui n’offrent parfois plus aucune utilité dans le monde actuel de la plongée loisir. Et si vous êtes moniteur, rien ne vous empêche de prendre du recul sur ce que vous avez l’habitude d’enseigner

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuse 🤗

Hélène

[ Retrouvez moi sur ma page Facebook pour d’autres interactions ]