À propos des questionnaires de formation…

On voit très régulièrement des questionnaires de formation ou enquêtes passer sur les réseaux sociaux. La finalité annoncée est la plupart du temps d’aider des apprenants dans le cadre de la formation Brevet d’Etat des futurs moniteurs français.

Malgré cet objectif, il n’est quasiment jamais indiqué que les données ne seront récoltées que dans un but formatif.

Partage d’expérience

Il y a quelque temps, une jeune femme m’interpelle pour partager son questionnaire de formation sur la page Facebook de mon blog Different Dive.

Je lui explique que je ne fais pas suivre les questionnaires sur ma page, car je croule sous les demandes. Mais je lui suggère cependant de le diffuser sur le groupe associé à la page du blog. Je mentionne également qu’il faut qu’elle indique que l’enquête respecte les règles de protection des données concernant la vie privée en accord avec le RGPD.

Elle me dit alors qu’elle ne peut pas noter cela. En effet, elle m’explique qu’elle compte exploiter plus tard les renseignements recueillis pour développer un futur projet professionnel après son brevet obtenu. Les informations sont donc utilisées pour sa formation, mais aussi collectées pour un plan commercial dans l’avenir. Cela sans en avertir les personnes qui répondent en toute bonne foi aux questionnaires.

Je suis très surprise et interpellée par ce double objectif dont l’une partie est cachée aux participants à l’enquête.

Aussi, je lui fais remarquer que cette manière de procéder est en contravention avec la loi. Le pire dans cet échange est peut-être que cette jeune femme semble ignorer totalement la législation concernant la protection de la vie privée des gens.

Le livre Plongée sous-marine L'Essentiel Different Dive.

Après discussion et réflexion, elle me dit qu’elle va changer son questionnaire. Mais elle précise qu’elle doit d’abord en débattre avec son responsable de stage. Plus tard j’observerai qu’elle a posté son formulaire sur différents groupes. Questionnaire relayé par de nombreuses personnes sans mention aucune de la destination de la récolte d’informations. Comme de nombreux autres questionnaires de formation…

Des internautes trompés ?

Cette histoire n’était pas sans me rappeler une « enquête » à laquelle j’avais répondu il y a plusieurs années. Le but formatif était identique. Cela avait débouché, quelques mois après, sur la concrétisation d’un projet dont j’ai reçu la publicité dans ma boîte mail.

Il faut savoir que les personnes qui participent à cette récolte de données donc les internautes (peut-être vous) le font en toute bonne foi et générosité. Ceci pour aider des gens en apprentissage. Souvent, ils ignorent que ces données sont collectées également pour de futurs projets commerciaux, comme c’était mon cas.

En soi, il n’est pas gênant de demander de l’aide pour construire son projet professionnel (c’est même plutôt bien). Il suffit juste de le dire, tout simplement. Cela afin que les gens sachent qu’il ne s’agit pas seulement d’un projet de formation et qu’ils puissent répondre (ou pas) en connaissance de cause.

Questionnaires de formation : outil intéressant à (re)travailler

En tant que formatrice, si évidemment la démarche de réaliser une enquête pour réussir son cursus m’apparaît louable et positive, il est bien entendu que recueillir des renseignements sans en communiquer l’objectif me touche et me dérange profondément.

Les consommateurs finaux ne peuvent pas être floués quant à la destination de la récolte d’information. Tout ceci relève du bon sens en plus d’être tout simplement la loi.

Il me semble être du devoir des formateurs de préparer les apprenants à faire des questionnaires de formation qui respectent la vie privée des gens. 

Aussi, je pense que les responsables des structures de formation des brevets d’État français devraient porter une attention particulière à ce point. Ceci afin de ne pas mettre leurs candidats en défaut par rapport à la loi et leur apprendre l’éthique également. 

N’en va-t-il pas d’une certaine idée de la qualité des enseignements ?
Car on ne parle pas ici d’une formation initiale de collège ou de lycée, mais bien d’un cursus professionnel.

Même s’il est logique et acceptable qu’un responsable de stage soit gagnant-gagnant avec son stagiaire cela ne peut en aucun cas se faire au détriment ni de la loi ni des consommateurs finaux. Autrement dit, on comprend facilement qu’un dirigeant de centre qui prend une personne en apprentissage ait envie de profiter un peu du travail de son stagiaire, mais ça ne peut pas se faire en dépit de l’honnêteté et du bon sens ni de la loi.

Là où nous pouvons agir

En attendant, je ne peux que vous encourager dorénavant à expliquer aux jeunes (et moins jeunes) qui font leur formation pour être moniteur brevet d’État français (ou pour d’autres formation) de préciser leurs objectifs dans leurs questionnaires de formation et surtout à faire preuve de franchise.

Car au final l’honnêteté finit toujours par payer.

À défaut, en ce qui me concerne, je ne répondrai plus à ces questionnaires de formation. Et bien entendu, je ne les ferai plus suivre.

Questionnaires de formation : qu’en pensez-vous ?

Je suis curieuse d’échanger sur ce point avec vous en commentaire ci-dessous.

Et surtout… pensez à être heureux/heureuse 🤗

Hélène