Le jour où j’ai cassé du corail en plongée

Casser du corail en plongée : le jour où cela m’est arrivé

Lorsque l’on est passionnée de plongée, casser du corail lors d’une immersion s’apparente à un sacrilège. Et pourtant…

Des conditions de rêve

C’était une plongée simple dans les eaux chaudes et calmes d’une île du bout du monde. Pas de courant, pas de difficultés particulières… Non, rien de tout cela.

Pour l’occasion, je m’essayais à mettre en pratique ce que j’avais appris lors de mes cours photos et me concentrais sur les différents réglages : iso, ouverture, focale…

Si j’avais été en surface, vous m’auriez plus que probablement vue sortir la langue en signe d’application intense.

Casser du corail en plongée : juste avant

Toujours est-il que, ce jour-là, je longeais le tombant et voyais mes binômes un peu en retrait à l’arrière. Avec la lumière, cela me donnait l’impression d’évoluer dans un merveilleux tableau.

Quand tout à coup, là, devant moi, une patate de corail magnifique, toute en plateaux. Le décor de rêve. Immédiatement, cela me semble parfait pour réaliser un cliché inoubliable. Je me retourne et regarde que rien ne gêne ma mise en place (je ne veux rien abimer). Ensuite, je me laisse descendre doucement pour cadrer le corail avec les plongeurs sur l’arrière.

L’appareil photo est plus lourd et encombrant que mon appareil habituel, je fais donc particulièrement attention.

Je sens que je vais avoir le bon angle alors je m’incline encore un peu, … juste un peu. J’utilise ma respiration pour arriver à la position exacte que je souhaite. Cela, sans casser du corail ni abimer d’autres merveilles sous-marines.

Et je pousse pour déclencher la prise de la photo. Extraordinaire, ça y est, c’est dans la boite. Je suis bien contente et impatiente de voir ce que cela va donner.

Toujours bien en équilibre, je me recule pour ne rien casser et tourne un quart vers la droite, en direction du large.

Et là, catastrophe…

Je la vois (mais trop tard) ma palme qui accroche ce morceau de corail qui n’a rien demandé à personne. D’un coup net et clair, il se brise et dégringole dans les profondeurs de l’océan.

« Merde », je m’écrie dans mon détendeur

Cela fait des années que je fais de la photo sous-marine, que je suis précautionneuse et attentive à ne pas casser du corail et/ou ne pas (trop) déranger les animaux marins. Et voilà que là, ce morceau de corail innocent est décédé d’un stupide accrochage avec ma palme droite.

Casser du corail en plongée : comment l’éviter ?

Alors bien entendu, certains voudront me consoler (parce qu’ils ont particulièrement gentils). Ils me diront qu’à côté des coups de nageoires des tortues par exemple, un corail sur autant de plongées, ce n’est pas un drame.

Et pourtant, dans mon cœur d’amoureuse des océans, ça l’est.

Partout on voit des plongeurs et plongeuse emporter avec eux, go pro, appareils photo… Pour le souvenir ou par passion, chacun désire remonter à la surface ses plus belles images.

Malheureusement, nombreux sont ceux qui s’accrocheront à des coraux, dérangeront les animaux marins, saccageront des sites, …

Parce que des milliers d’instagrameurs détruisent les océans, ne prenons pas le risque de nuire à l’environnement.

Pour prévenir de futurs dégâts, voyez les 12 conseils pour bien débuter en photographie sous-marine

Et puis réfléchissez : avez-vous vraiment besoin de cette image ?
En ce qui me concerne, ce jour précis… ma photo était, de plus, complètement ratée.

Vous est-il déjà arrivé d’abimer les fonds sous-marins ?  De casser du corail en plongée ? Comment l’avez-vous vécu ? Qu’avez-vous fait pour y remédier ? …

Dites-moi tout via un commentaire ci-dessous directement sur le blog. Je réponds toujours à tout le monde avec joie et bonne humeur.

Et surtout … n’oubliez pas d’être heureux / heureuse 🤗

Hélène

PS : rejoignez la communauté directement sur la page Facebook de Different Dive Plongée.