Instructeurs de plongée : les pires profils

On les aime, on les respecte, on les rencontre partout autour du monde pour nos plus belles formations. Mais aussi lors de nos plus fabuleuses plongées. Aussi, il faut le reconnaitre, ils sont les pivots de nos apprentissages en plongée sous-marine. Mais certains nous montrent aussi leurs pires profils d’instructeurs.

Doit-on tout accepter de nos instructeurs ?

La plupart des instructeurs de plongée ont de l’expérience, de la sensibilité, savent écouter et poser les bonnes questions. Ils peuvent montrer suffisamment d’empathie pour rendre nos formations de plongée ET nos plongées agréables et riches. Pourtant, certains se conduisent malheureusement de manière difficilement acceptable. Mettant parfois la vie de plongeurs et plongeuses peu expérimentés en danger ! Ces personnes ont des profils d’instructeurs reconnaissables pour peu que l’on y prête attention.

Bien heureusement, ils ne représentent qu’un faible pourcentage des instructeurs de plongée vraiment compétents que l’on peut rencontrer tout autour du monde. Cependant, il me semble utile de pouvoir reconnaitre les profils des instructeurs à éviter

Tour d’horizon des pires profils d’instructeurs de plongée

Remarques préalables :

  • Tous les cas exposés ici sont des cas réels anonymisés, observés et/ou vécus par moi-même
  • Dans un soucis de ne pas identifier les personnes, les exemples ci-dessous parleront uniquement d’instructeurs au masculin. (Nous ne sommes pas ici pour « casser » des gens). Cela même s’ils concernent aussi bien des hommes que des femmes.
  • Ces exemples sont tout autant le fait d’instructeurs brevet d’État français que d’instructeurs formés par un organisme de certification de type “commercial”… Inutile donc de partir dans l’éternel débat de qui a la meilleure formation.

Les 9 pires profils des instructeurs à éviter

1. Le distrait

Il oublie du matériel, des élèves, la réservation d’une entrée sur un site, l’heure du rdv,… Bref cet instructeur de plongée est d’une distraction inouïe. Et cela pose parfois un vrai problème

Exemple vécu :

L’instructeur qui oublie complètement de faire un briefing et qui, sur interrogation d’un des plongeurs (et pris de panique face à son oubli ), fait un mini briefing dans un chaos inexplicable. Le tout en envoyant les plongeurs et plongeuses à l’eau sur ordre du capitaine pour une plongée en mer chaude à courant … Au résultat forcément pitoyable.

2. L’incompétent (doublé d’insécurité)

Au risque de paraitre brusque, il faut bien faire le constat que certains instructeurs de plongée devraient sérieusement revoir les bases de la plongée sous-marine. L’instructeur de plongée incompétent est celui à qui nous aurions bien envie d’offrir nos livres théoriques des premiers niveaux.

Exemple vécu :

L’instructeur qui fait faire des baptêmes dans une piscine quelque part dans une destination ensoleillée. Ça commence par une course le long du bord mouillé de la piscine avec les blocs sur son dos pour les amener rapidement. Ça continue par le saut droit pour un baptême d’un gars qui taille près de 2 mètres de haut dans une piscine de 1m50 de fond.
Parce qu’il ne faut pas s’arrêter là, ce même instructeur surveille (sans palmes) le baptême en restant en surface… Et en respirant sur l’octopus du bloc du candidat. Cela avant de lui laisser faire tout seul les 10 dernières minutes de son baptême. Pendant ce temps-là, l’instructeur sort de l’eau et va équiper, briefer le candidat suivant et commencer le deuxième baptême

3. L’inconscient

Par manque d’expérience ou par inconscience pure et dure, l’instructeur de plongée inconscient met des plongeurs et plongeuses parfois peu ou pas brevetés dans des situations problématiques qui pourraient facilement tourner au drame.

Exemple vécu :

L’instructeur qui se rend compte juste avant la mise à l’eau, pour une plongée en mer à courant au bord d’un tombant de -27 à -200m, qu’il va avoir dans sa planquée deux jeunes filles de 12 et 14 ans (non brevetées) dont les parents ne sont pas présents sur le bateau…
Sous mes yeux ébahis, l’instructeur prendra la responsabilité d’emmener sa palanquée de 5 personnes (les autres ayant un niveau d’autonomie de max -20m) sous l’eau dans ces conditions. Ils ressortiront tous les 5 marqués et déçus de leur immersion complètement ratée.

4. Le dangereux (le pire que j’ai peut-être vu ?)

L’instructeur de plongée dangereux vous donnera des leçons de sécurité qu’il bafouera allègrement et sans aucun remords.

Exemple vécu :

L’instructeur qui emmène sa palanquée de deux personnes sur une épave remarquable. Epave dont le point le plus haut est à approximativement -40 mètres. Pour couronner le tout, sa palanquée est composée d’un garçon de 14 ans non breveté et de son père niveau 1. Nous les croiserons à -40 m alors que nous sommes sur notre remontée… Et que lui continue à descendre avec sa palanquée sans que cela ne semble absolument le gêner. Pas plus qu’il ne sera ennuyé d’entendre que le jeune garçon se sentait complètement à l’ouest pendant la plongée (la narcose ça existe !).
Petit détail assez incroyable : l’instructeur était partit pour cette plongée avec un bloc de 12 litres. Bloc n’ayant qu’une seule sortie sur sa bouteille !!!!

5. Le négligeant

Celui-là est particulièrement agaçant dès le départ. Au contraire de l’instructeur de plongée distrait qui sera sincèrement désolé de ses erreurs, l’instructeur négligeant n’a que faire du bon service. Il se fiche du matériel de plongée en ordre ou encore du respect des règles et procédures. Après tout, il a toujours fait comme ça… Et ça se voit.

Exemple vécu :

L’instructeur qui divise les plongeurs en deux groupes de niveau. Il part plonger avec le premier groupe. Il revient et constate que l’autre groupe est toujours à quai à cause d’une panne de bateau. (Avec le soleil d’été qui tape et sans eau pour se réhydrater). Il envoie alors son collègue faire plonger les personnes avec l’autre bateau et va faire la sieste… Pas de chance, le deuxième bateau tombe également en panne. Le collègue n’arrive pas prévenir le patron (qui dort). Et tout le monde s’inquiète de ne pas voir revenir une partie du groupe (dont 4 enfants). Groupe qui aura totalisée 5h d’attente sous un soleil de plomb… Sans eau !

6. Le stressé

L’instructeur « stressé » à vraiment peur de tout en plongée. La profondeur, les plongeurs inexpérimentés, le courant,… Tout le stresse et met de ce fait en danger les autres

Exemple vécu :

L’instructeur de plongée qui forme des plongeurs et plongeuses au niveau d’autonomie -60 m au cours d’une croisière plongée. Une fois leur examen passé (sans jamais avoir dépassé -40m durant la formation), il descend avec son groupe pour une plongée « touch and go » à -60m. Il m’explique après, et très honnêtement, qu’il n’est pas à l’aise quand il dépasse les -40 mètres. Pourtant, il certifie.
Je suis restée, comment dire, vraiment perplexe.

7. Le blasé

Cet instructeur est d’un ennui total. Au premier contact on comprend que, vraiment, la plongée il en a marre. (Et qu’il ferait surement bien de changer de métier)

Exemple vécu :

L’instructeur responsable de centre de plongée qui arrive 5 minutes avant le départ pour la plongée pour ouvrir son centre. Il discute au téléphone avec ses potes pendant que vous êtes présents. Il referme son centre en vous laissant à peine le temps de vous déséquiper… Merci d’être venus.

8. L’arrogant

Autant être honnête, je n’ai aucune affection pour ce genre d’instructeurs imbus de leur personne qui pensent que leur titre les placent au-dessus de la mêlée.

L’instructeur arrogant se permettra des remarques à la limite de l’inacceptable. Alors qu’il est là pour transmettre son savoir-faire et son savoir-être aux plongeurs et plongeuses dont il a la responsabilité (et qui ont parfois plus d’expérience que lui!)

Exemple vécu :

L’instructeur qui, au retour d’une plongée profonde à -55m se retrouve avec des plongeurs et plongeuses à une profondeur entre -30 et -10 mètres sur la remontée. Arrivé sur le bateau il se permet de sermonner vertement son Divemaster bénévole. (Est-ce éthique tout ça dans une structure commerciale ?). Ceci parce que celui-ci serait remonté trop vite… Sans qu’aucune consigne n’ait été donnée à ce sujet avant la plongée. Ah, l’utilité du briefing ! En tant que clients autonomes sur le bateau, devons-nous vraiment être victimes de ce genre de remontrance publique ?

9. Celui qui cumule

Cet instructeur a le don de cumuler les erreurs. Distraction, incompétence, inconscience, danger, négligence, peur, ennui et arrogance, rien ne l’arrête.
C’est celui que vous allez repérer et fuir le plus vite possible. Avec un peu de chance, sa réputation le précèdera et il arrêtera rapidement de sévir.

Exemple vécu :

Bien que j’ai un bel exemple en tête, j’ai décidé de vous faire participer sur ce point. Alors qui de vous inscrira ci-dessous l’exemple vécu de l’instructeur qui cumule ?

Comment éviter ces pires profils d’instructeurs ?

Que ces comportements d’instructeurs de plongée soient dus à un manque d’expérience, une pression forte exigée par le centre de plongée, trop de nonchalance, un excès de confiance,… Ils peuvent déboucher sur des situations problématiques voir dangereuses et/ou dramatiques.

Bien sûr, nous sommes toutes et tous des êtres humains. Aussi, qu’une personne fasse une erreur, c’est déplorable mais excusable… Qu’elle la répète sans se remettre en question est surement inacceptable.

Pour que la plongée reste un plaisir et pour vous éviter des mésaventures désagréables et/ou des mises en danger, voici quelques conseils simples que vous pouvez suivre :

  • Si vous êtes au début de votre formation de plongée et que vous n’avez pas encore beaucoup d’expérience, préférez des centres que d’autres vous ont conseillés.
  • Ne vous laissez pas impressionner par des brevets et autres titres des instructeurs que vous rencontrez. Après tout, vous aussi vous avez vos domaines d’expertises dans la vie.
  • Ne craignez pas d’avoir une discussion franche avec votre instructeur. Peu importe votre niveau de plongée. Rappelez lui notamment les prérogatives de votre niveau de plongée. (Il n’est peut-être pas familier de votre filière de formation). Mais aussi vos attentes, vos appréhensions,… Une bonne communication est aussi de votre responsabilité
  • N’hésitez jamais à poser une question. Plutôt une de trop qu’une trop peu. Si l’instructeur ne vous semble pas assez précis dans son briefing, demandez lui les précisions que vous jugerez nécessaires
  • Exprimez votre ressenti pour ne pas vous enfermer dans le terrible monde du silence
  • Osez dire à un instructeur ses fautes, c’est aussi l’aider à progresser dans son rôle de transmetteur d’un certain savoir et participer à sa formation continue. Pour le plus grand bien de tous les passionnés de plongée

Bien heureusement, la plupart des instructeurs qu’ils soient bénévoles ou non sont compétents, attentifs et vous formeront dans le respect des règles de base de sécurité en plongée et cela avec plaisir et passion.

Mais comme le dit l’adage « mieux vaut prévenir que guérir » …

Et vous, quelles sont vos expériences avec les instructeurs de plongée ? Avez-vous déjà rencontré un de ces 9 pires profils d’instructeurs à éviter ?

Et surtout, … n’oubliez pas d’être heureux / heureuses 🤗

Hélène

Envie de suivre l’aventure passionnante de la plongée ensemble ?
Rejoignez la communauté Different Dive Plongée ou abonnez-vous vite à la Newsletter

Publicité pour le gilet Hydros de Scubapro