Travailler dans un centre de plongée, un rêve ?

Nombre d’entre nous rêvent de passer le cap et de travailler dans le monde de la plongée en alliant plaisir et boulot. Loin des clichés des dive master et/ou instructeurs de plongée exploités par des structures de plongée dirigées par des patrons sans conscience et sans respect, dans de nombreux centres de plongée tout autour du monde, il existe des passionné·e·s qui ont osé franchir le cap et ont quitté leur zone de confort pour réaliser leur rêve.

C’est le cas d’Aydin.

Rencontré cet automne lors de plongées dans les Cénotes, je suis tombée sous le charme du personnage, de son parcours et de l’incroyable don qu’il possède à communiquer sa passion des Cénotes mexicaines aux plongeurs et plongeuses qu’il accompagne dans ces endroits magiques.

Il était impossible, dès lors pour moi, de ne pas revenir sur son parcours et de partager avec vous sa philosophie d’être « toute l’année en vacances »

Retour sur un parcours atypique

Français expatrié au Mexique depuis quelques temps, Aydin a longtemps travaillé comme ingénieur dans le secteur automobile. Il aime dire que s’il avait de l’expérience dans le métier, aujourd’hui il se retrouve à 39 ans, jeune instructeur dans le centre Phocea à Playa del Carmen.

C’est lors d’un séjour de vacances à Cancun qu’il se rend compte qu’il n’est jamais aussi heureux que sous l’eau. Bien qu’il avait déjà une cinquantaine de plongées au compteur, c’est le Mexique et ses eaux cristallines qui lui donneront ce déclic.

De retour en France, sur un coup de tête, il se sent déterminé à entrer dans le monde merveilleux du travail en plongée sous-marine et décide alors de changer de vie. Sans trop réfléchir, il réserve un ticket d’avion aller simple. Il écrit un mail au responsable de Phocea avec qui il avait plongé pendant ses vacances (sans trop croire à une réponse vu son peu d’expérience en plongée), met ses affaires en ordre et arrive trois mois plus tard au Mexique.

A sa grande surprise, Didier, le responsable de Phocea, séduit par le mail passionné d’Aydin le recontacte, lui propose de venir faire sa formation avec eux et de rejoindre l’équipe.

Le travail d’Aydin aujourd’hui

Durant ses vacances, Aydin avait découvert la magie des plongées dans les Cénotes. De retour au Mexique, il décide de se spécialiser dans ce type de plongée particulier et devient guide Cénotes.

Aydin aime dire que les sentiments et les émotions de ses premières plongées dans les Cénotes l’ont lié de cœur à cet environnement à un point tel qu’il a voulu en faire « son royaume » de bien-être.

Si Angelitas, El Pit et El Eden sont ses spots de plongée préférés, je vous garantis que découvrir Chac Mool ou Dos Ojos avec lui c’est… que du bonheur !

Un plongeur évolue dans une canote au Mexique

© DifferentDive | DDIVE

Bien sur tout n’est pas rose dans la vie d’Aydin et l’éloignement de sa famille lui pèse parfois même s’il ne désespère pas de les voir venir à tour de rôle lui rendre visite dans son paradis ensoleillé. Leur faire découvrir la plongée est un véritable rêve qu’il souhaite exhausser.

Une vision positive du travail

Pour Aydin, il n’existe pas de boulot dans lequel il n’y a que des côtés positifs. Pourtant, comme il a choisi de faire de sa passion son métier, il a le sentiment que les aspects moins intéressants de son travail (logistique, entretien du matériel, préparation du matériel de plongée, …) apparaissent minimes au regard du plaisir qu’il ressent à passer une belle partie de ses journées sous l’eau dans cet univers qu’il aime tant. D’autant qu’il en profite pour en apprendre davantage sur le matériel et pour lier des liens avec ses collègues.

Aydin apprécie également beaucoup le côté humain de sa profession et n’est pas avare d’histoires et autres explications.

Passer une journée avec lui est la promesse d’un moment plein de rires, de découvertes et de bonne humeur. Des anecdotes, il vous en racontera des tonnes dans son 4×4 en chemin 😉

On sent tout de suite qu’il sait profiter du fait d’exercer une profession qui le met en contact avec des personnes en vacances dans un esprit convivial d’échanges et de partages d’expériences qu’il prend plaisir à écouter. Qu’est-ce que je me suis amusée avec lui ! Tellement, que nous avons demandé au responsable du centre de nous faire le plaisir de retourner plonger avec Aydin pour notre deuxième journée Cénotes.

D’autre part, Aydin me raconte qu’il profite de toutes les formations auxquelles il participe pour parfaire ses connaissances : formation sur les coraux, sur les requins, sur l’environnement, … informations qu’il nous partage lors des trajets vers les Cénotes, pour notre plus grand plaisir.

Le seul vrai bémol de son métier, selon lui, est le respect de l’environnement qu’il voudrait encore plus présent.

Parfois, certains clients pensent que parce qu’ils ont payé leur plongée, tout leur est dû, tout est permis.

Aussi, lors des briefings de plongée, Aydin et le reste de l’équipe de Phocea insistent vraiment sur le respect de l’environnement afin que les plongeurs et plongeuses se rendent compte qu’ils payent non pas un droit mais une prestation de service qui ne les dédouanent pas de respecter l’environnement dans lequel ils vont plonger !

Malgré cela, Aydin a parfois peur que l’appât du gain chez certains passe au-dessus du respect d’un environnement unique et merveilleux au détriment de la prise de conscience écologique et des bonnes pratiques qui assurent la pérennité des Cénotes.

Une vie, une philosophie

Ce qui m’a particulièrement touchée chez Aydin, outre son sourire, sa bonne humeur et ses compétences vraiment top pour un tout jeune instructeur, c’est sa philosophie de vie.

Si vous avez la chance de plonger avec lui, vous vous rendrez vite compte qu’Aydin a décidé d’être « à la retraite », période de la vie qui représente pour lui le moment où l’on transmet ses compétences et connaissances aux autres tout en ne faisant plus que ce que l’on aime. Il dit en souriant qu’il en a fini avec le travail vu comme une contrainte et qu’il aime vraiment son job aujourd’hui… et ça se voit dans ses yeux.

Il apprécie l’osmose qu’il ressent avec les clients dans le partage de la passion de la plongée et aime aussi beaucoup apprendre des autres ce qui rend les échanges avec lui vraiment agréables et constructifs.

Est-ce son secret pour être tellement heureux dans son travail ?

Un instructeur montre le plan d'une Cenote

© DifferentDive | DDIVE

Un conseil

Lorsque je lui demande s’il a un conseil a donner à ceux et celles qui rêvent de vivre de la plongée, il répond tout naturellement…

…qu’il faut faire le pas, se laisser guider par ses envies et sa passion de la plongée.

Pour Aydin, plus on réfléchit à ses rêves et plus on s’en éloigne. Les mœurs et pratiques des grandes villes et de la société nous poussant, selon lui, à être formatés, il insiste sur l’importance de casser les murs qui nous freinent… et j’adore cette idée la 🙂

Parfois quand je croise sur ma route des personnes passionnées comme Aydin, je me demande si les responsables des centres qui les engagent ont conscience de la richesse humaine de ces travailleurs qui vivent leur job avec passion. Les bénéfices que vont retirer les plongeurs et plongeuses, qui auront la chance d’évoluer avec eux, ayant un impact direct sur leur expérience globale au centre de plongée.

Un instructeur devant le centre de plongée Phocea au Mexique

© Aydin

Et vous, quel est votre rêve ?

J’aimerais beaucoup échanger à ce sujet directement avec vous au travers des commentaires postés sur le blog (ci-dessous ⬇️⬇️⬇️) N’hésitez donc pas à partager vos impressions sur l’histoire d’Aydin ou la vôtre 😉

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuses

Hélène

Envie de suivre Different Dive ? ➡️  Likez la page Facebook et abonnez vous vite à la Newsletter 🤗

Découvrez aussi la rubrique VOUS pour plus d’histoire formidables de plongeurs et plongeuses extraordinaires !